Le paradoxe du confinement : plus de temps, plus de désœuvrement

Le confinement a offert à une vaste partie d’entre nous le cadeau du temps. Mais étions-nous prêts à recevoir ce cadeau ?

Nous avons été arrêtés subitement. Beaucoup d’entre nous sont passés de citrons pressés, le nez dans le guidon … à stoppés net, désœuvrés.

.

Entre le virus et le confinement, nous avons été submergés par les informations et les émotions. Chacun tente de les digérer à sa manière. Collé à un écran. Sur les réseaux sociaux. Sur Netflix. Devant les infos. En courant remplir son caddie de PQ et de pâtes. En partageant avec ses amis des images idiotes de gens qui achètent du PQ et des pâtes. En mangeant trop. En dormant trop. Etc. Le cumul n’étant pas interdit.

.

Comment reprendre pied quand notre monde s’écroule … alors même que nous ne savons pas à quoi ressembleront nos vies demain ?

.

Et puis… tout ce temps. D’un coup. Sans rien avoir fait pour le mériter… C’est presque indécent. D’autant plus que l’heure est grave : des gens meurent, tandis que d’autres triment encore plus que d’ordinaire.

.

.

Je me suis moi-même débattue avec cet épineux dilemme. Comme nombre d’entre nous, je n’ai aucune compétence utile à mettre à disposition pour aider à « gérer » cette crise.
Mais j’en suis arrivée à la conclusion que « gâcher » cette opportunité de faire tout ce que j’avais toujours rêvé de faire n’apporterait rien. Ni aux personnes qui sont malades. Ni à celles qui meurent. Ni à celles qui n’ont pas la possibilité de dire adieu à leurs proches. Ni à celles qui nous portent à bout de bras.

.

Tu peux décider d’avancer.

Tu peux choisir d’utiliser ta confinement pour en faire quelque chose de constructif. Pour faire ce que tu as toujours rêvé de faire le jour où tu aurais enfin du temps.

Ou pas…
Tu es libre, évidemment 😊

L’idée, c’est de ne pas avoir de regrets une fois le confinement terminé. De ne pas vivre avec des « j’aurais dû … »

.

Mais, pour bien avancer, ne fais pas l’économie du temps de digestion. Avance à ton rythme.

Ensuite, pour bien avancer, il te faut un cap. Si tu n’as pas encore eu le temps de le fixer, c’est le moment idéal pour te poser, pour prendre du recul et revenir à l’essentiel. Ton essentiel.

Avancer sans cap ne te mènera nulle part… (crois-moi, j’ai pratiqué longuement !)

.

Tu me diras peut-être que tes projets sont bloqués à cause du confinement et de la distanciation sociale. Que tu ne peux plus avancer.

C’est probablement vrai. D’ailleurs, c’est le cas pour plusieurs de mes projets.

Mais il y a forcément des choses que tu peux démarrer, préparer, anticiper… pour être dans les starting-blocks quand la vie reprendra.

.

Tu me diras peut-être aussi qu’on ne sait pas comment sera le monde demain. Ou l’économie. Que les règles du jeu auront probablement changé.

C’est peut-être vrai. Ou pas…

Il n’y a aucun moyen de le savoir. Mais …

Ce que tu auras fait sera-t-il totalement perdu, si jamais la donne change ? Est-ce que tu n’auras pas forcément appris quelque chose en chemin ? Est-ce que, finalement, initier un mouvement dans une direction qui compte vraiment pour toi, n’est pas le plus important ? Ou te faire suffisamment confiance pour démarrer quelque chose… et peut-être même le terminer ?

.

Alors ? C’est quoi tes grands rêves ? Tes projets à court et à long terme ?
Elle ressemble à quoi TA vie douce et légère ?
Raconte-nous !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Retour progressif

J’en ai parlé dans mon dernier article, nous vivons une période inédite.
C’est vrai, il est possible, intellectuellement, d’envisager de meilleurs lendemains. Mais nos vies n’en sont pas moins chamboulées.

.

Fin 2019, j’ai décidé de faire de Plume l’une de mes priorités. Et de publier un article tous les mardis, quoi qu’il arrive.

Dans « quoi qu’il arrive », je n’avais pas envisagé ni le covid, ni le confinement … ou l’impact qu’ils pourraient avoir dans ma vie.

Comme beaucoup d’autres, j’ai perdu pied plusieurs jours. Après les phases de sidération et de digestion, j’ai pu faire le « deuil » de ma vie d’avant et envisager d’avancer à nouveau. J’ai réussi à remettre de l’ordre dans le chaos de mes pensées et de mes émotions.

.

Mais j’ai perdu mon précieux rythme.

J’étais parvenue à optimiser chaque moment du quotidien pour avancer au mieux dans mes projets. Malgré une activité salariée à temps plein, d’importants temps de transport deux jours par semaine (vive le télétravail !), mon travail de maman, la tenue de la maison, plusieurs formations en ligne (entre autres pour avoir les outils pour lancer Plume) … j’avais réussi à dégager du temps et de l’énergie pour t’écrire régulièrement, te mijoter de petits guides et faire vivre Plume sur le blog et les réseaux sociaux !

.

Aujourd’hui, je fais très clairement partie des privilégiés à qui la vie a offert un cadeau.

Alors que le rythme de vie de certains s’est accéléré et alourdi, qu’ils sont en première ligne dans la lutte contre le virus et pour notre survie (personnel médical, caissières, éboueurs, techniciens de maintenance…), ils portent notre monde affaibli sur les épaules… Alors que d’autres ont peur pour leur vie et celle de leurs proches… Alors que certains meurent sans que leur proches puissent leur dire adieu… Je fais partie de ceux qui ont le luxe de ralentir et la chance d’être en bonne santé.

J’ai commencé par me sentir coupable. Par me dire que, devant tant d’injustice je n’avais pas le droit de mettre à profit mon temps de pause… que c’était indécent… Hélas, me sentir coupable et « gaspiller » ce temps offert ne rendra pas la situation plus équitable.

.

Aujourd’hui, je fais très clairement partie des privilégiés à qui la vie a offert un cadeau.

Alors j’essaie de profiter au mieux ce cadeau de la vie.

.

J’ai toujours rêvé de passer davantage de temps avec mon fils. De pouvoir ralentir au moins pendant les vacances scolaires pour pouvoir profiter de mon fils. C’est d’ailleurs probablement ce qui m’incite le plus à créer une activité indépendante 😊 … avec l’envie de donner plus de sens à ma vie !

J’ai le privilège de vraiment partager mon quotidien avec mon fils. Je découvre enfin mon grand garçon de six ans. Combien il a grandi. Combien il a appris.

Alors oui, l’école à la maison prend un temps infini et le télétravail en prend un coup. Avec un enfant en CP, l’autonomie dépasse difficilement dix minutes (sauf scotché à l’écran, mais j’évite cela le plus possible).

Sa maîtresse nous envoie de supers programmes pour chaque jour, ultra détaillés, mais très chronophages. Et mon grand est très fier de me faire part de ses avancées, avec un compte-rendu enthousiaste presque à chaque minute. « Regarde maman… »

Bref, je rêvais de temps avec mon fils… qui lui, rêvait de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école… Maintenant que nous sommes exaucés, nous savourons ces (re)trouvailles ! 😊

.

Je n’ai eu qu’un seul regret ces derniers jours, ne pas arriver à t’écrire davantage, à avancer sur les guides que je veux t’offrir, à ce que tout soit déjà prêt pour que tu puisses mettre à profit ton temps pour désencombrer ta vie si tu le souhaites…

Pour pouvoir t’écrire, j’ai besoin d’un minimum de concentration ininterrompue… je ne sais plus trop où en trouver dans ce nouveau mode de vie. J’espère trouver rapidement un nouveau rythme… pour à nouveau avoir du temps pour toi !

… Tout en continuant de savourer ce luxueux cadeau que la vie m’a fait.     

.

Et toi ?
Comment vis-tu le confinement ?
As-tu eu la chance de ralentir ? As-tu dépassé les phases de sidération et de digestion ?
Arrives-tu à savourer ce temps en plus ? A décoller de la télé et de Netflix ? A avancer dans tes projets ? A faire toutes ces choses que tu as toujours voulu faire… le jour où tu aurais du temps ?

Dis-nous tout ça dans les commentaires !
Et, si je peux t’aider dans cette période difficile, dis-moi comment !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Et si la crise pouvait aussi être opportunité ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Ne te méprends pas sur mes propos. Nous vivons une période aussi inédite qu’étrange (au défaut de trouver de meilleurs mots). Et la crise est là, qu’on le veuille ou non. Puisque nous n’avons d’autre choix que de la vivre, autant la traverser en essayant de ne pas la subir.

Nous sommes tous démunis quant à nos avenirs communs et individuels. Serons-nous malades ? A quel point ? Combien de personnes seront touchées parmi nos proches, dans nos cercles relationnels, au niveau mondial ? Dans quel état sortirons-nous de cette crise majeure ? Il n’existe aucun moyen de prévoir ce qui nous attend demain.

.

Nous nous souvenons tous de ce que nous faisons quand nous avons appris pour le 11 septembre et pour Charlie. Cette période de crise va être gravée dans nos mémoires et dans nos cellules. Elle va inévitablement transformer nos comportements individuels et collectifs et nous faire muter en tant que société.

Après les gilets jaunes, la réforme des retraites et les grèves, alors que nous sommes au cœur d’une crise climatique majeure, cette crise nous positionne sur un point de bascule.

Nous pouvons sombrer dans la peur, l’hystérie collective, le survivalisme… Nous n’avons d’autre choix que de traverser cette crise. Alors pourquoi ne pas en faire une opportunité ?

.

On fait ça comment ?
En en profitant pour remettre les choses à leur juste place.

.

Nous vivons dans un monde d’abondance et de richesse. Et maintenant que nous avons accès à beaucoup moins de choses, nous pouvons encore mieux le constater. A l’heure où je vous écris, les écoles sont fermées, de même que tous les établissements publics non indispensables.

Mais nous avons toujours de la nourriture, de l’eau potable, de la lumière, de l’eau chaude, du chauffage. Toi qui me lis, tu as forcément internet, avec accès au monde entier en un clic et à des milliards d’informations.

La crise est une opportunité pour avoir de la gratitude pour ce monde d’abondance et de richesse dans lequel nous vivons.

.

Depuis des années, la tendance est à la valorisation de ce qui est « créateur de valeur ajoutée » essentiellement. Aujourd’hui, la crise nous montre sur qui repose réellement la société : un corps médical et paramédical usé et des milliers d’invisibles grâce auxquels nous avons de l’eau potable, de la nourriture, de l’électricité, du gaz, internet… Après quelques semaines à faire l’école à la maison, beaucoup de parents découvriront stupéfaits qu’être enseignant c’est un VRAI métier.

Pendant que le reste du monde s’arrête, c’est sur ces métiers de l’ombre et souvent méprisés que repose l’écrasante mission d’assurer notre survie. Rien que ça. La crise est une opportunité de rendre visibles certaines injustices, de voir que la société repose sur des corps de métiers sous-payés, épuisés, malmenés et pour leur témoigner notre gratitude.

.

Pendant ce temps-là, la majorité d’entre nous est mise en pause forcée. Finir de courir dans nos roues de hamster, aveuglés par notre indispensabilité. Nos égos peuvent enfin se reposer. Et nous pouvons enfin prendre le temps de réfléchir à ce qui nous est réellement essentiel. C’est le moment de prendre du recul sur ce qui est réellement important, sur nos choix de vie et de voir à quel point la vie que nous menons est cohérente… ou non.

.

Forcément, en tant qu’accompagnante au désencombrement, je vois aussi dans cette pause une formidable opportunité de faire un point sur le monde matériel qui nous entoure, sur nos besoins, sur nos possessions et sur ce qu’elles nous apportent réellement.

Pendant que la course quotidienne est interrompue, nous allons avoir du temps pour trier nos placards qui débordent et de remettre de l’ordre dans nos vies (au propre comme au figuré). Tout en préservant notre santé. Pour celles et ceux qui ont leurs enfants à la maison, c’est une magnifique occasion pour leur enseigner ce qui est essentiel et pour les inviter à trier avec nous.

.

Cette crise a aussi été une opportunité de découvrir avec stupéfaction que la sacrosainte économie mondiale est capable de se mettre en pause. Qu’il est possible de débloquer des budgets colossaux. Que, lorsqu’une partie de la Chine s’est mise en pause, les niveaux de pollution se sont effondrés. Et qu’ils vont faire de même chez nous.

L’idéaliste que je suis ne peut s’empêcher de rêver que nous avons atteint le point de bascule qui va nous permettre collectivement de revenir à l’essentiel. Que cette crise effroyable aura au moins servi à nous faire muter mondialement en tant que société. Que lorsque le virus repartira et que nous aurons pansé nos plaies, plutôt que de repartir dans une course effrénée et vide de sens, nous allons nous atteler à construire quelque chose d’inédit : un nouveau monde, respectueux de l’humain et de la planète.

.

En attendant, la crise est là et nous ne pouvons rien y faire. Impossible de savoir si demain nous serons malades, ni à quel point. Dans notre impuissance, par contre, nous pouvons choisir comment nous y réagissons.

Comme l’a dit si bien dit Marc-Aurèle il y a presque 2000 ans :

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »

Plutôt que de me cristalliser sur mes peurs, de basculer dans la psychose, dans la peur du manque et de la maladie, je fais le choix conscient de me concentrer sur une prise de recul et sur la gratitude. Même si c’est excessivement difficile.

J’ai la certitude que plus nous serons nombreux à cultiver des niveaux vibratoires élevés, malgré la peur et les incertitudes, et plus l’impact de la crise sera atténué… en nous donnant accès à terme à un modèle neuf, à un monde plus juste, plus éthique, plus solidaire, plus responsable et plus durable.

.

Chère lectrice, cher lecteur,

Si tu fais partie de celles et ceux qui nous tiennent à bout de bras, je te dis merci. Je te vois et je sais à quel point ta mission est indispensable à tous. J’espère qu’une fois la crise passée, nous saurons collectivement trouver comment redonner à ton travail l’importance qu’il mérite.

Si tu fais partie de celles et ceux qui sont confinés, je te souhaite de vivre au mieux cet état inhabituel de calme et de silence.

Dans tous les cas, je te souhaite d’avoir la force, la sagesse et le courage espérés par Marc-Aurèle et nécessaire pour traverser cette crise et la maladie aussi sereinement que possible. Et, plus que jamais, je te souhaite la santé.

J’espère que tu vas bien et que tout ira bien pour toi et tes proches.
Physiquement comme moralement.

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Inauguration … des bonus pour te faciliter le tri !!! 🎁❤️

Cette semaine, pas de témoignage, ni de nouvelle astuce… mais une grande inauguration. Celle de la section “Je t’accompagne !” !!! Et pour cette grande inauguration, je t’ai préparé un guide de la préparation au désencombrement 🙂

.

Non, Emilie, sérieusement ? Je croyais qu’on en avait fini avec la préparation…

Oui ! C’est vrai ! Je t’ai déjà tout dit sur la préparation il y a quelques semaines.
Mais je me suis rendu compte, grâce à vos retours (merci !), que ce n’était pas super facile pour vous d’isoler les questions ou d’y répondre hors connexion.

Alors j’ai eu envie de te faire un cadeau… 🎁

.

Voici donc…
* roulement de tambours *

Le guide : Prépare ton désencombrement !

Ta-dam !

Etant donné le titre, je pense que je n’ai pas trop besoin de te raconter de quoi ça parle 😉

Il est tout beau, tout chaud. J’y ai mis tout mon cœur et mes meilleurs conseils.
Et j’espère qu’il va t’aider dans ton désencombrement !

.
.

Et si tu n’as pas lu les précédents articles de préparation au tri, ce n’est pas grave. Il y a, dans ce petit guide, tout ce dont tu as besoin pour démarrer !

.

La seule chose à retenir, c’est qu’une bonne préparation peut faire la différence entre :

  • perdre beaucoup de temps, d’énergie ; s’éparpiller dans son tri ; être régulièrement démotivé.e ; voir son désencombrement s’étaler indéfiniment dans le temps ; s’y remettre encore et encore ; procrastiner ; douter…

… et …

  • préserver son énergie, trier efficacement, garder sa concentration, sa motivation et sa détermination ; puis arriver au bout de son tri, avec fierté… et profiter de son chez-soi et de sa toute nouvelle vie douce et légère !

.

Ça t’intéresse ? Alors télécharge vite ton guide. C’est cadeau !

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - tri - home organiser - guide - trucs et astuces - pas à pas - cadeau bonus

Ah oui… j’oubliais…
Si j’inaugure cette section, c’est que j’ai la ferme intention de publier régulièrement des petits outils simples et pratiques pour t’accompagner dans ton tri. J’espère qu’ils te seront utiles !!

.

Quand tu auras lu le guide (ou si tu l’as déjà lu et que tu reviens par ici), reviens me dire…
Tu as fait les exercices ?
Ça t’a apporté quelque chose ?
Ça t’a aidé à avancer dans ton tri ?
Raconte-nous !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Désencombrement, télévision et développement personnel

A priori le désencombrement a le vent en poupe. J’en veux pour preuve le fait que le petit écran lui consacre quelques émissions. Mais désencombrement et télévision font-ils bon ménage ?

Je regarde peu la télé. Très peu. Mais quand j’ai vu, samedi, qu’au programme il y avait une émission sur ma thématique préférée, j’ai été curieuse…

Je n’ai pas été déçue.

.

Tu connais la série “Cleaners, les experts du ménage” ?

Pour moi, c’était une grande découverte. Et, au début, je suis carrément séduite !

Des pros et des amateurs, passionnés par le ménage et par l’ordre, qui viennent en aide à des personnes débordées par leur bazar ?! Moi je dis oui. Carrément oui !!

Mais, dès les premières minutes, je déchante. Comme dans beaucoup émissions de ce type, on voit nos experts prendre connaissance des personnes qu’elles vont “sauver” par message vidéo. Et là, on les voit réagir avec dégoût et écœurement au fur et à mesure que les images défilent. Gros souci de posture chez ces experts-là !

J’en profite pour mentionner que l’un des points du code déontologique de la Fédération Francophone des Professionnels de l’Organisation est :

“Je m’interdis tout jugement de valeur sur un client, et je l’accompagne dans le respect de ses opinions et particularités.”

Samedi, chez les Cleaners, on en était très loin !
Et ce n’était que le début.

J’ai été stupéfaite de constater que nos experts s’improvisaient “coachs”, sans les compétences, ni la posture, mais toujours avec beaucoup de jugement !

Puis, plus l’émission avançait, plus ils se substituaient à leurs “clientes”. Peut-être (j’espère !) pour tenir le délai de trois jours imposé par la production ? Peut-être aussi (j’espère) que les meilleurs moments (avec bienveillance, accompagnement, soutien, prises de consciences transformationnelles) ont été coupés au montage parce que TFX avait peur que ça ne fasse pas assez d’audimat ?

.

Bref, sous prétexte qu’elles avaient du mal à décider quoi garder et quoi jeter, les clientes étaient dépossédées du processus de décision. Les experts faisaient à leur place.

L’un des experts a même appelé une collègue à la rescousse pour qu’ils puissent être plus efficaces. Pendant que l’experte n°2 triait “avec” la cliente, l’expert n°1 vidait un cagibi en jetant intégralement son contenu à la benne. Sans se soucier de savoir s’il y avait dans ces “déchets” des objets chéris oubliés ou des indispensables qu’il faudra racheter plus tard. (Sans se soucier non plus de trier ces “déchets” ou de savoir s’ils pouvaient être revalorisés. A priori, l’environnement, ce n’est pas un sujet pour TFX.)

Je prends un exemple.
Monsieur l’expert a jeté toute la déco de Noël de sa cliente. Or, sa cliente n’a très probablement pas eu l’opportunité d’intégrer le processus. Elle en rachètera donc très probablement de nouvelles au Noël suivant. Mais elle n’a pas appris à quoi ressemble pour elle une étincelle de joie. Elle n’a pas eu l’occasion d’identifier les automatismes qui décident “à sa place” quand elle achète quelque chose. Elle effectuera donc ses prochains achats comme avant son grand ménage. Et elle les oubliera dans un coin. Pour en racheter d’autres l’année suivante. Puis celle d’après.

Et, dans quelques années, elle risque de se retrouver aussi encombrée qu’avant.

J’ai été sincèrement émue par la détresse de ces femmes. Et scandalisée par la manière dont elles ont été malmenées et infantilisées.
J’espère de tout cœur me tromper dans mes pronostics et que l’intervention de nos glorieux sauveteurs leur sera réellement bénéfique sur le long terme.

Mais je n’y crois pas.

.

Tu te demandes peut-être où est le problème ?

Je t’explique.

Désencombrer, c’est une fabuleuse opportunité de croissance personnelle. C’est la possibilité de faire un point sur toi, sur ta vie, sur tes aspirations passées, sur tes peurs, sur tes blocages… Chaque objet peut t’apprendre quelque chose et t’aider à grandir, à devenir plus libre et plus heureux.se.

Faire pour l’autre, à la place de l’autre, c’est le priver de ces apprentissages. C’est lui retirer sa souveraineté. C’est l’empêcher de prendre progressivement de plus en plus de décisions qui lui font du bien. C’est le déposséder d’une transformation durable.

Mais c’est aussi dire à l’autre qu’il n’est pas capable de réaliser ce processus par lui-même. Parce que se confronter à tout ce qu’il a pu accumuler, à son passé, à ses erreurs, c’est lui permettre de devenir plus fort. Et d’avoir confiance en lui et en ses capacités !

C’est pas essentiel, ça ?

.

Un désencombrement, c’est souvent un processus long, laborieux, émotionnellement difficile, physiquement éprouvant aussi.

Certain.e.s y parviendront seuls. Parfois en peu de temps, au prix d’un marathon soutenu. Parfois en plusieurs années. Si c’est ton cas : bravo !

D’autres, pour plein d’excellentes raisons, auront besoin d’un coup de main. Un accompagnement pourra les aider à avancer.
Mais, même accompagné.e, tu avanceras toujours par toi-même.

Accompagner ce n’est pas faire pour, à la place de, ni se substituer à l’autre. Accompagner c’est aider à voir ce qui se joue. C’est apporter son soutien, son analyse, ses compétences. En laissant toujours à l’autre sa souveraineté.

Oui, c’est parfois très difficile de prendre certaines décisions, de se confronter à certaines émotions. Mais faire l’économie de ce processus, c’est rater une fabuleuse occasion de grandir.

.

Tu connais peut-être la métaphore du papillon ? Ou celle de l’œuf qui éclot ?

L’idée générale, c’est que si on aide le papillon à sortir de son cocon, il n’arrivera pas à prendre son envol. Car c’est le fait d’avoir lutté pour s’extraire de son abri confortable qui lui permet de s’envoler un peu plus tard. Si on le prive de cette étape, il n’aura pas la force de battre des ailes et de se libérer de la prison douillette qui l’entravait.
C’est la même chose pour l’oisillon qu’on aide à percer sa coquille.

Priver une personne d’un processus de transformation, pour moi, c’est la même chose. Alors, certes, il n’y a pas mort d’homme (ou de femme, ni même de papillon ou d’oisillon). Mais c’est tellement dommage de rater une si belle occasion de se libérer de ses boulets invisibles et de prendre son envol vers une vie plus heureuse.

.

Et toi ?
Tu as déjà vu Cleaners ? Tu en as pensé quoi ?
Pour construire ta vie douce et légère, tu préfères être seul.e, accompagné.e ou avoir quelqu’un qui fasse à ta place ?
Raconte-nous !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Désencombrement : a-t-on le droit de trier ses livres ?

Le livre est-il sacré ? A-t-on le droit de trier sa bibliothèque ? C’est un très vaste débat… Et, étrangement, quand on parle de minimalisme ou de tri, c’est le gros sujet polémique. Pourquoi tant de passion autour du livre ?

Je t’explique tout cela tout de suite.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - tirer ses livres - Lecture - Lire

Mais pour commencer, je vais te raconter mon rapport au livre.

J’ai grandi dans une maison remplie de livres. Avec une immense bibliothèque qui faisait la fierté de ma mère. Quand nous allions chez les amis de mes parents, eux aussi avaient nombre d’étagères ployant sous le poids de leurs livres. Les plus branchés d’entre eux avaient aussi chez eux de vastes rayonnages de BD.

Le record appartenait à ceux dont l’intégralité des pans de murs de plusieurs pièces avaient été habillée d’étagères chargées de livres. On ne voyait plus les murs. Impossible de savoir de quelle couleur pouvait être la peinture ou du papier peint ! La couche épaisse de livres entre les murs et la pièce devait constituer une isolation efficace. Un peu comme dans les cabanes de livres de Gaston Lagaffe, en moins poétique.

Nous revenions de nos expéditions à la bibliothèque chargés de livres, après avoir passé des heures à explorer religieusement et méthodiquement ce fabuleux sanctuaire, à choisir avec soin nos futurs compagnons de voyage, à feuilleter et bouquiner. Sur place ou à emporter ? Les deux !!

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - tirer ses livres - Etagère

Le livre symbole

Dans le contexte dans lequel j’ai grandi, le livre n’était pas juste un objet. C’était un symbole. Il incarnait la Culture, la Connaissance, le Savoir. (Avec des majuscules !)

Il fallait le respecter. Le traiter avec soin.

Malheur à celui ou celle qui abîmait involontairement un livre en le transportant !
Honte à celui ou celle qui l’écornait délibérément, qui prenait des notes dedans ou surlignait un passage !
Gare à celui ou celle qui s’endormait dans son bain et apprenait ainsi à nager à son bouquin !
En termes de crime, on n’était pas loin d’être rangés avec les dictateurs coupables d’autodafés.

.

Il s’est passé du temps avant que je remettre cette symbolique en question. C’est ainsi que dans mes objectifs de jeune adulte, il y avait la constitution de ma bibliothèque. Elle devait être composée :

  • des livres qui m’ont le plus marquée et façonnée, pour que ceux qui me rendent visite puissent savoir qui je suis,
  • des livres que j’avais envie de pouvoir lire et relire au fil des années,
  • des livres que je voulais pouvoir partager avec d’autres,
  • de monuments de la Culture que je n’avais pas encore lu mais que je comptais bien lire un jour, car il faut avoir lu ses classiques, mais il est tout aussi essentiel de leur réserver une place importante dans sa bibliothèque,
  • d’une très vaste collection de BD, avec des titres bien choisis, pour montrer que je ne suis pas que cette personne sérieuse et rigide que tout le monde voit (coolitude absolue, donc !)
  • de tous mes dictionnaires (petit robert, synonymes, rimes, bilingues) et manuels de langue qui prouvaient que j’étais une intellectuelle et asseyaient mon statut de traductrice (mon métier à l’époque).

.

Lorsque j’ai découvert la simplicité volontaire, l’idée de réduire mes possessions à l’essentiel me parlait. Je suivais avec attention les publications de deux blogueuse, Aspen et Cherryplum, rédactrice du « Bio-blog, chroniques de deux consommatrices repenties ». A l’époque, Alice Le Guiffant et Laurence Paré (leurs vrais noms), n’étaient pas encore les auteures de « L’art du désencombrement, se libérer de l’inutile pour vivre plus léger » paru plus tard aux éditions Jouvence. Un jour, Cherryplum a parlé de l’évolution de son rapport au livre. Et ça a ouvert une brèche salutaire dans mon esprit.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - tirer ses livres - Bibliothèque

Le livre statut social

Je me croyais maligne en n’étant jamais tombé dans le panneau de la course à l’affichage extérieur de la réussite sociale : les fringues à la mode et de marque, les bijoux, les montres, la grosse voiture qui en jette, la grande et belle maison, les derniers gadgets high tech, etc.

Je n’avais jamais envisagé la possibilité que j’avais succombé à ma manière. Étaler mes livres c’était me rassurer sur mon intelligence, montrer que je méritais de faire partie de la caste des intellectuels.

Mais associer à ma bibliothèque ma collection de BD et de jeux de société, c’était casser un peu cette image rigide de l’intello trop sérieuse et montrer mon côté fun et convivial.

Tout un programme !

.

La prise de conscience m’a aidé à lâcher sur le plan mental. Très lentement. Puis, les nombreux déménagements m’ont « obligée » à faire un peu de tri. Mais ce n’est qu’avec Marie Kondo et son étincelle de joie que j’ai vraiment réussi à lâcher mes précieux bouquins !

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - tirer ses livres - Livre

Le livre en attente d’être lu

Avant Marie Kondo, j’avais des étagères pleines de livres que je n’avais pas encore lus. Des cadeaux qui ne m’avaient toujours pas inspirée. Des monuments de la littérature qu’il faut avoir lu, puisque ce sont des classiques. Mais surtout des kilos de livres que je voulais lire et intégrer pour acquérir un savoir, un savoir-faire ou un savoir-être. J’en avais lu certains, mais ne les avais pas encore mis en pratique. J’en avais commencé d’autres. D’autres encore n’avaient jamais été ouverts.

.

Grâce à Marie Kondo, j’ai réalisé que tous ces livres qui n’avaient pas accompli leur destinée étaient pour moi une source de tristesse mêlée de culpabilité.

J’ai d’abord été très dérangée par la section « Les livres toujours pas lus » de La Magie du Rangement, dont le sous-titre est « « Un de ces jours » signifie « jamais » ». Parce que se séparer d’un livre que l’on n’aime pas est une chose. Mais comment se séparer d’un livre alors que l’on ne sait même pas si on va l’aimer ou pas ?

Pourtant Marie Kondo avait raison. Tous mes non-lus me rappelaient que je n’avais pas respecté l’accord tacite que j’avais passé avec eux. Je me suis sentie infiniment plus libre en leur offrant une nouvelle vie. Et je sais que le jour où j’aurai besoin d’un livre particulier, la vie saura le (re)mettre sur mon chemin.

.

Trier mes livres, ça aussi été l’occasion de faire le point sur moi, sur mon cheminement, mon évolution. Quelle image de moi avais-je voulu renvoyer en exposant tel livre ? Quel savoir ou quelle compétence avais-je voulu développer en achetant telle série de livres sur telle thématique ? Quel problème avais-je souhaité résoudre ? Était-ce encore d’actualité ? Était-ce une priorité ?

.

Aujourd’hui je suis l’heureuse propriétaire d’une trentaine de livre. Mes chéris adorés absolus et quelques indispensables très appréciés. Ça rend les déménagements plus légers !

J’ai arrêté les razzias compulsives à la Fnac ou sur Amazon. Lorsque je l’envie de consommer des livres me prend, je vais à la bibliothèque… j’en ressors toujours les bras chargés, mais il n’est pas rare que je ramène quelques semaines plus tard des livres que j’ai à peine ouverts…

Je fais encore des erreurs d’achats ou des achats de courte durée. Mais il est très facile de revendre des livres neufs et récents. Si le sujet t’intéresse, je t’en parle la semaine prochaine !

.

Et toi ?
C’est quoi ton rapport au livre ?
Objet ou sacré ? As-tu déjà envisagé de désencombrer ta bibliothèque ?
Raconte-nous !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

And the winner is…

.

Ça y est, j’ai fini de dépouiller les réponses au questionnaire !!!

Merci !!!

Merci à toutes et à tous pour vos réponses !!!

Chacune de vos réponses m’a donné envie de venir vous accompagner pour un petit bout de chemin. De me poser avec vous autour d’un café et de discuter tranquillement pour mieux comprendre vos parcours et pour vous guider un peu plus loin.

Ça n’a pas été évident de ne sélectionner que trois d’entre vous ! J’ai essayé d’appliquer la méthode la plus juste possible et je pense y être parvenue. C’est avec beaucoup de joie que je vous annonce qui sont les trois gagnantes :

  • Isabelle
  • Anne
  • Anne-Cécile

.

Les filles, je prends contact avec vous par mail d’ici peu. Si vous n’avez pas de nouvelles de ma part d’ici la fin du weekend, il faudra probablement jeter un œil à vos spams ! Sinon, prenez contact sur Facebook ou via le formulaire de contact

.

A celles et ceux qui n’ont pas gagné d’accompagnement (et à celles et ceux qui n’ont pas souhaité participer) n’oubliez pas que Comme une plume est là pour vous guider vers une vie plus douce et plus légère !

Chaque semaine, vous continuerez à trouver ici de nouveaux conseils et de l’inspiration pour faciliter vos désencombrements et simplifier vos vies.

.

Pensez à laisser un commentaire pour :

  • dire “Youpie, j’ai gagné !”,
  • féliciter les gagnantes,
  • réclamer un article sur un sujet qui vous préoccupe au sujet du désencombrement,
  • dire bonjour
  • ou juste pour que je sache que j’ai des lecteurs 😊

A la semaine prochaine, pour un nouvel article !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Simplifier son temps ?

J’ai déjà parlé du temps dans l’épisode 2 de la préparation au tri. Aujourd’hui, nous entrons davantage dans le détail pour t’aider à simplifier ton temps.

Je suis en train de dépouiller les dernières réponses pour définir quels seront les gagnant.e.s du grand concours pour une vie douce et légère. (Si tu veux participer en dernière minute, c’est ici !) Mais, en attendant les résultats (la semaine prochaine !!), j’ai eu envie de te donner des pistes pour résoudre l’un des freins les plus fréquemment cités : le temps !

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - simplifier son temps

Dans un désencombrement, le temps est souvent l’obstacle numéro un, celui qui fait que tu arrêtes avant même d’avoir démarré. Mais, tu peux aussi en faire ton plus grand allié !

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - simplifier son temps - courir - pressé - en retard

Paradoxe temporel

Parfois, on perd son temps en voulant en gagner. Il peut filer à toute allure (le temps presse) ou durer une éternité (il faut alors tuer le temps). Le temps a une étonnante capacité à se dilater et à se rétracter de manière assez aléatoire. Plus on prévoit de temps pour une tâche, plus elle va prendre longtemps à être terminée. Et inversement, lorsque l’on prévoit un budget temps pour une tâche, il faut souvent le rectifier en multipliant par deux ou trois…

Bref, la gestion du temps a beau avoir ses règles théoriques, la pratique est bien plus paradoxale. D’autant plus que nous avons tous un rapport au temps particulier, souvent aussi complexe que conflictuel.

Reste avec moi !

Le but de cet article est de te donner des clés pour simplifier ton rapport au temps, pas de me lancer dans une interminable dissertation philosophique 😉

Je voudrais juste attirer ton attention sur ces deux points :

  • plus tu cours pour gagner du temps, plus tu as tendance à en perdre
  • plus tu prends ton temps, mieux tu peux avancer

Bref, si tu as l’impression de mener tous les jours un combat perdu d’avance contre la montre et si tu considères le temps comme ton pire ennemi, voici quelques pistes pour en faire un précieux allié dans la vie (et pour désencombrer ton chez-toi).

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - simplifier son temps - ressource rare et précieuse

Le temps, ressource rare et précieuse

On dit souvent que le temps c’est de l’argent… Mais le temps est une ressource bien plus précieuse, car, il est impossible de créer du temps, d’en emprunter, ni même d’en voler ! Chaque instant qui passe est définitivement révolu. Qu’il ait été mis à profit ou gaspillé.

Loin de moi l’idée de vouloir te faire peur ou te culpabiliser. Je veux juste que tu puisses voir à quel point améliorer ton rapport au temps peut te permettre de mieux naviguer dans ta vie, pour que tu puisses savourer sereinement chaque minute qui passe.

.

Pourquoi perdre du temps à désencombrer ?

La question est plus que légitime, un désencombrement pouvant être très chronophage. Si ton temps est si précieux, pourquoi le perdre à trier ton chez-toi ? Voici quelques éléments de réponse.

  • Tu trouves plus facilement tes affaires (moins de temps perdu à chercher tes clés, un papier important ou d’autres babioles)
  • Tu passes moins de temps à ranger, à maintenir tes affaires et à nettoyer. La maintenance de ton chez-toi est bien plus rapide !
  • Une fois ta garde-robe triée, finie la prise de tête matinale devant ton dressing débordant en te demandant ce que tu vas bien pouvoir t’habiller aujourd’hui. Tu ne pourras plus jamais dire : « Au secours, je n’ai rien à me mettre ! »
  • Evidemment, au-delà de ces gains purement temporels, désencombrer te permet de gagner sur bien d’autre plans. De même, un accompagnement (professionnel ou non, physique ou virtuel) te permet aussi de gagner du temps en désencombrant plus efficacement et plus rapidement.

Bref, un intérieur désencombré fait gagner du temps. Tous les jours. L’investissement en temps est très rapidement rentabilisé.
Sans compter que tu vas y gagner bien plus que du temps !

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - simplifier son temps - gisements de temps

Tu disposes de gisements de temps insoupçonnés

Tu as probablement un emploi du temps très rempli, sans une minute pour respirer. Entre contraintes professionnelles, familiales, sociales ou autres, tu as l’impression de passer ton temps à jongler d’un impératif à l’autre. Pourtant, imagine : si demain ta chaudière explose ou que tu es victime d’un dégât des eaux… tu vas devoir trouver du temps en urgence pour résoudre la situation très vite.

Et tu y arriveras.

Pourtant, si on t’avait demandé la veille si tu avais cinq minutes de libre, tu aurais vraisemblablement dit non.

Le côté élastique du temps permet d’y insérer tous nos impératifs vitaux. Mais même sans cas de force majeure, je parie que tu as des gisements de temps que tu n’imagines même pas dans tes journées.

.

Comment trouver ces gisements de temps ?

Le premier outil pour trouver des gisements de temps insoupçonnés n’est pas le plus glamour. Il s’agit de faire un état des lieux de son temps. Pour faire simple : tu prends une feuille et un stylo (ou un carnet, un crayon, une appli de prise de notes sur ton portable) et tu notes ce que tu fais pendant une journée entière. Idéalement pendant au moins une semaine. Je préconise au minimum une journée représentative de travail et une journée de repos. Minute par minute tu notes ce que tu fais, activité par activité. Y compris le surf sur internet, les réseaux sociaux, la télé, les séries et le multitasking.

Oui, tu l’auras deviné, les gisements de temps les plus conséquents sont liés à nos écrans.

Combien de minutes par jour t’égares-tu dans ton fil Facebook, Instagram, YouTube ou sur un autre réseau social ? Combien d’heures par jour passes-tu à regarder des vidéos, émissions, films, séries ?

Quel que soit le média, nous passons beaucoup de temps en divertissement. As-tu déjà remarqué que la racine des mots divertissement et diversion était la même ? Le seul est unique but du divertissement est justement d’attirer ton attention ailleurs : hors de toi, hors de ta vie, hors du réel.

Quand le quotidien est difficilement supportable c’est une bénédiction. Mais à très court terme seulement. Ça peut vite devenir une addiction aussi. Mais surtout cela t’empêche de te poser les questions essentielles qui te feront passer à l’action pour transformer ta vie. Parce que nous pouvons tous sortir de la survie et nous créer une vie enthousiasmante. Dans laquelle nous n’aurons absolument plus besoin de diversions !

.

Es-tu au clair sur tes objectifs ?

Sais-tu ce que tu attends de la vie dans dix ans, dans cinq ans, pour cette année, pour le mois, la semaine ou la journée en cours ? Si ce n’est pas le cas, difficile de tirer profit de ton temps.

Imagine un bateau. Si le capitaine n’a pas la moindre idée de la destination, son navire se laissera porter par le courant. Mais une fois arrivé quelque part, rien ne garantit que la destination soit plaisante. Alors qu’en naviguant avec un cap bien en vue, on a bien plus de chances d’arriver à bon port.

Pour moi, il est essentiel de se fixer des objectifs, pour ne pas partir à la dérive dans sa propre vie.

J’ai passé le plus clair de mon temps de vie à la dérive. Cela fait seulement quelques années que j’ai des objectifs clairs. La différence en termes de qualité de vie est colossale. Crois-moi !

.

D’autres gisements de temps

Si tu es au clair sur tes objectifs, voici un autre outil très puissant pour trouver du temps : dire « non » plus souvent. A tes collègues, à ta famille, à tes amis, mais aussi à toi-même. Aux sollicitations, mais aussi aux urgences (les tiennes et celles des autres… qui n’ont pas de raison de devenir les tiennes).

Dans ta vie pro comme dans ta vie perso, il te sera très précieux de savoir distinguer l’urgent de l’important. On a très souvent tendance à confondre les deux.

Pourtant tu pourras constater régulièrement que la non-réalisation de certaines tâches urgentissimes (souvent pseudo-vitales) n’a absolument aucun impact sur ta vie ou ton travail.

Inversement, l’important est rarement urgent… et il est trop souvent mis de côté. A court terme, il n’y a pas d’impact. C’est malheureusement toujours sur le long terme que l’on réalise que l’on est passé à côté de ce qui était vraiment essentiel.

Pour y voir clair, je t’invite à reprendre tes « to do lists » (si tu en as), pour y traquer et éliminer tout ce qui n’est pas réellement important. Tu peux aussi te créer une « to NOT do list » dans laquelle tu peux noter toutes ces choses que tu serais tenté.e de mettre sur ta « to do » mais qui n’ont aucune bonne raison d’y figurer.

Si, comme moi, tu as tendance à être perfectionniste, pense à relativiser l’importance de tes actions. La loi de Paretto se vérifie dans la plupart des contextes de nos vie. Sachant que 20% de tes actions (et de ton temps) t’apportent 80% des résultats… quelles sont les actions que tu choisis de garder et quelles sont celles que tu peux éliminer ?

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - simplifier son temps - prendre son temps - recul -respirer

Prends ton temps

Est-ce que tu connais le « busy boycott » ? Ce concept a été créé par la fabuleuse Courtney Carver de Be more with less (en anglais). Il s’agit de faire la différence entre être occupé.e (ou ne pas avoir le temps) et avancer réellement (ou choisir délibérément de ne pas prendre le temps de réaliser certaines tâches).

Combien de fois dans une journée affirmes-tu ne pas avoir le temps et/ou être trop occupé.e ? Prends le temps de compter. Le résultat pourrait t’étonner !

Le nez dans le guidon. Débordée. Jamais le temps pour quoi que ce soit. Surtout pas pour m’occuper de moi. Ni pour m’occuper de l’essentiel. Submergée. Ça, c’était moi avant…

Alors, j’avoue. Il y a encore des moments où je cours dans tous les sens et où je m’agite pour pas grand-chose. Mais globalement, j’ai appris l’importance de prendre le temps pour faire un pas en arrière. Même et surtout quand je n’ai pas le temps de le faire !

Ne pas prendre ton temps pour prendre du recul, c’est risquer de tomber dans la fausse productivité. C’est risquer de t’agiter beaucoup et de t’épuiser inutilement.

Comment faire ?

C’est simple : prends le temps de t’arrêter, de respirer, de faire le point sur ce qui est important (voire essentiel), puis d’élaguer ton agenda et ta liste de choses à faire. Ce moment de pause devrait te faire gagner beaucoup de temps.

Quelques dernières astuces :

  • Ne fais qu’une chose à la fois.
  • Fais des pauses.
  • Respire !
  • Fixe des limites temporelles pour chaque tâche (minuteur).

.

Je sais que tu peux y arriver ! 😊

.

Et, pour toi, le temps est plutôt un allié ou un ennemi ?
As-tu d’autres astuces pour trouver des gisements de temps ?
Après avoir lu tout ça, tu te sens mieux outillé.e pour trouver du temps pour désencombrer (ou pour faire d’autres choses) ?
Dis-nous tout ça dans les commentaires ! (Ou sur ma page Facebook, ou dans le groupe privé, ou sur Twitter, ou sur Instagram ou via le formulaire de contact)

Et pour participer au concours en dernière minute et tenter de gagner 🏆🏆🏆 un accompagnement au désencombrement, c’est par ici !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Désencombrer ta vie : dernière étape avant de commencer ton tri

Pour ne pas t’épuiser et te disperser pendant ton désencombrement, il y a deux étapes (peu connues) à ne pas louper ! Mener à bien ces deux étapes, c’est mettre toutes les chances de réussite de ton côté. C’est le facteur de succès qui t’aidera à aller au bout de ton tri et qui te permettra d’avoir un intérieur harmonieux sur le long terme, une fois le tri terminé !

.

« Si je disposais de neuf heures pour abattre un arbre, j’en emploierais six pour affûter ma hache. »  Abraham Lincoln

.

Les dernières semaines, je t’ai expliqué pourquoi il était important de se préparer avant de se lancer dans un grand désencombrement, puis je t’ai donné la marche à suivre pour bien te préparer et mettre toutes les chances de succès de ton côté. Ta hache du tri est déjà bien aiguisée et, aujourd’hui, on va peaufiner son affûtage avec une dernière astuce.

Cette semaine, je te montre comment t’assurer que tu avances dans la bonne direction et que tu es vraiment efficace !

Ça te dit ? Alors, allons-y !

.

A la découverte de ton chez-toi

Aujourd’hui, tu vas te glisser dans la peau d’un explorateur / d’une exploratrice qui découvre de nouveaux territoires inconnus.

Fais le tour de ton territoire (ta maison, ton appartement, ta chambre) en essayant de poser un regard neuf et neutre (sans jugement) sur ce qui t’entoure.

  • Y a-t-il des choses qui te sautent aux yeux ? Qui t’étonnent ? Qui t’émerveillent ?
  • Y a-t-il une logique dans l’organisation de l’espace ? Dans la manière d’organiser les objets ?

Note ce qui te frappe le plus pour chaque pièce, chaque zone, voire chaque placard et chaque tiroir. Ça peut être sous forme de liste ou sur un plan (ou un croquis rapide).

Comme la semaine dernière, l’important c’est de pouvoir accéder facilement à tes notes et de pouvoir les retrouver rapidement en temps voulu. Tu peux d’ailleurs continuer dans le même document ou fichier.

  • Documente tes notes en prenant des photos, là aussi pour chaque pièce, chaque zone, voire chaque placard et chaque tiroir. Range tes photos à un endroit où tu les retrouveras facilement.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - maison idéale

Ton chez-toi idéal

Après cet état des lieux, laisse-toi un peu de temps pour la digestion et la réflexion (au moins une bonne nuit de sommeil). Puis laisse libre cours à ton imagination.

  • Si tout était possible, à quoi ressemblerait ton espace ?
  • Que ferais-tu ? A quel(s) endroit(s) ? Comment circulerais-tu ?
  • Quels objets aurais-tu chez toi ? Où et comment les utiliserais-tu ?

Note les réponses à ces questions.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - plan maison

Ton plan de route

Analyse toutes ces informations. Là aussi une bonne nuit de sommeil peut aider. Puis définis tes objectifs pour ton espace. Cette fois-ci, on est dans la vraie vie, sans baguette magique.

  • Quels sont tes objectifs de vie pour chaque zone ? (détente, santé, repos…)
  • Quelles priorités d’usage veux-tu donner à chaque zone ? (lire, cuisiner, dormir…)
  • Quels sont les objets essentiels à chaque zone ?
    Les objets essentiels sont ceux qui sont indispensables essentiels à l’usage de la zone (livres dans un coin détente, casseroles dans la cuisine, etc.) tout comme ceux qui t’apportent de la joie pour faire ce que tu souhaites faire à cet endroit.

Prends quelques notes, si possible sur plan. Un rapide croquis de tes espaces peut très bien faire l’affaire.

.

Tu as terminé ?

Bravo !! Tu viens d’accomplir ton deuxième plus gros pas en direction d’une vie désencombrée.
Là encore, tu peux prendre le temps de te féliciter et de savourer cette victoire.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - bravo - victoire - youpie

.

Alors, c’était comment, pour toi, cette dernière étape de préparation au tri ?
Tu as pu aller jusqu’au bout ?
Tu as découvert des choses intéressantes ? Des choses enthousiasmantes ?
Si tu as eu des difficultés, n’hésite pas à en parler. Je peux peut-être d’aider ?
Dis-nous tout ça dans les commentaires ! (Ou sur ma page Facebook, ou dans le groupe privé, ou sur Twitter, ou sur Instagram ou via le formulaire de contact)

.

PS. Je le rappelle : aucun arbre n’a été maltraité pour la rédaction de cet article ou de ceux qui vont suivre.
D’ailleurs, mon grand rêve à moi, c’est de planter des arbres 🌳🌳🌳🌳🌳 pas d’en découper !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Désencombrer ta vie : comment bien te préparer avant de commencer ton tri

J’en ai parlé la semaine dernière, pour ne pas t’épuiser ou te disperser pendant ton désencombrement, il y a deux étapes (peu connues) à ne pas louper ! Mener à bien ces deux étapes, c’est mettre toutes les chances de réussite de ton côté. C’est le facteur de succès qui t’aidera à aller au bout de ton tri et qui te permettra d’avoir un intérieur harmonieux sur le long terme, une fois le tri terminé !

.

« Si je disposais de neuf heures pour abattre un arbre, j’en emploierais six pour affûter ma hache. »  Abraham Lincoln

.

La semaine dernière, je t’ai expliqué pourquoi affûter ta hache avant de te lancer dans le désencombrement de ton chez-toi. Aujourd’hui, je te donne la marche à suivre pour commencer à affûter ta “hache du tri” et mettre toutes les chances de succès de ton côté. Et, dès la semaine prochaine, tu découvriras comment parfaire l’affûtage de ta hache, avec une astuce facile à mettre en œuvre grâce à laquelle tu sauras que tu es vraiment efficace !

Cette semaine, nous allons nous faire le point sur ta motivation, ton engagement et ta vision.

Tu es prêt.e ? Alors, allons-y !

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - prise de notes

Trouve de quoi écrire

Pour commencer je te propose de trouver un support pour prendre tes notes. Ça peut être une feuille volante, un cahier, un fichier sur ordinateur ou dans ton smartphone. Peu importe, tant que tu peux avoir facilement accès à ces notes et les retrouver rapidement pour les relire en temps voulu.

Pour identifier facilement la page ou le fichier, donne-lui un titre. Par exemple : « J’affûte ma hache du tri pour une vie douce et légère comme une plume. » L’intitulé importe peu tant qu’il t’inspire et qu’il est évocateur pour toi.

Installe-toi confortablement.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - Pourquoi - questionnement

Pourquoi désencombrer ta vie ?

J’avais listé ici Dix bonnes raisons de désencombrer ta vie. Mais là, nous allons chercher les tiennes. Et elles peuvent être totalement différentes.

  • Qu’est-ce qui t’embête aujourd’hui dans la situation actuelle ?
    Trop d’objets inutiles ? Trop de gaspillage ? Trop de dépenses ? Pas assez de place ? Trop de temps perdu ? Trop de stress ? Trop de bazar pour te sentir bien ou pour inviter du monde ? Trop de choses à gérer ? etc.
    Qu’est-ce qui t’irrite le plus, toi ?
  • Fais la liste des choses que tu aimerais changer.
  • Qu’est-ce que cela t’apporterait, selon toi ?
  • Comment sera ta vie dans un mois, dans six mois, dans un an, dans cinq ans, dans dix ans, dans vingt-cinq ans si tu ne changes rien ?

Note les réponses à ces questions.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - Notes

Pour quoi désencombrer ta vie ?

  • Qu’est-ce qui te donne envie de trier ?
  • Fais la liste des raisons pour lesquelles tu veux une maison désencombrée.
  • Qu’est-ce que cela va t’apporter, selon toi ?
    Davantage d’espace ? D’économies ? De sérénité ? D’harmonie ? De temps ? De légèreté ? De liberté ? De joie ? De partage ? Avoir dépassé tes peurs ? Tourner une page ? Pourvoir inviter du monde ? Vivre dans un lieu qui respire ? Qui te ressemble ? Retrouver tes affaires ? Une vie centrée sur l’essentiel ? etc.
    Trouve ce qui te fait vibrer, toi !

Note les réponses à ces questions.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - checklist - priorités

Quelles sont tes priorités ?

  • Quelles sont tes priorités aujourd’hui ?
  • Une fois que tu as fait la liste, classe-les de la plus importante (ou impactante sur ton bien-être en général) à la moins importante (ou impactante).

Par définition, une priorité, c’est ce qui passe en premier. Il est donc littéralement impossible d’avoir mille priorités. Alors, quelle est TA priorité ? Tu peux éventuellement élargir à un « top trois » de tes priorités, mais pas au-delà.

Il est très possible que le désencombrement de ta maison ne soit pas directement dans la liste.
Par contre, il fait peut-être partie d’un des leviers à activer pour avancer vers l’un de tes principaux objectifs en t’apportant plus de sens, plus d’harmonie, moins de stress, plus de temps, plus d’argent, moins de gaspillage, etc. Dans ce cas, reste avec moi !

Si le tri n’est nulle part dans tes priorités actuelles ou dans les leviers qui y mènent, j’étais heureuse de croiser ta route. A présent, je te propose de ne pas perdre davantage de temps sur des objectifs secondaires et d’aller de ce pas consacrer ton énergie à ce qui est essentiel pour toi. Et, lorsque tu auras atteint tes objectifs prioritaires, si le désencombrement passe directement ou indirectement en tête de liste, tu sais où me trouver. D’ici là, bonne chance !

  • Si trier peut t’aider à avancer vers tes objectifs, évalue comment désencombrer ta vie t’aidera à avancer vers tes objectifs.
    Y a-t-il d’autres actions à mettre en œuvre avant ? Est-ce l’action prioritaire ?

Si non, mets en place un plan d’actions pour les actions qui précéderont ton grand tri et reviens ici lorsqu’elles seront terminées.
A très vite et bonne chance !

Note précieusement les réponses à ces questions.

.

Si tu es arrivé.e jusqu’ici, c’est que tu as constaté que désencombrer ta vie faisait partie de tes priorités. Alors, c’est le moment de faire une pause, de respirer profondément et de célébrer.
Réjouis-toi ! Tu es au bon endroit au bon moment 😉

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - lunettes - vision

Quelle est ta vision ?

La vision est le point le plus crucial et mais aussi le plus négligé de la méthode KonMari. Pourtant Marie Kondo en parle dans chacun de ses livres (La magie du rangement, Ranger : l’étincelle du bonheur et La magie du rangement illustrée), mais c’est dans le manga que l’importance de la vision est la plus évidente. Les pages 42 et 43 du manga La magie du rangement illustrée, au début du chapitre 3 clôturent très bien le chapitre 2 « Visualisez votre mode de vie idéal ».

Petite parenthèse : si tu veux un gros coup de boost avant de démarrer ton tri, quelques pages du manga peuvent faire l’affaire !

  • Imagine précisément à quoi va ressembler ton quotidien après le tri.
  • A quoi vont ressembler tes soirées, tes matinées et tes weekends à la maison ?
  • Qu’est-ce qui te fais le plus vibrer dans cette vision ? Qu’est-ce qui t’enthousiasme le plus ? En quoi est-ce important pour toi ?

Note les réponses à ces questions et offre à ta vision un grand niveau de détail (quelles sont les couleurs, les odeurs, les sensations, etc. qui l’accompagnent).

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - soutien

Es-tu soutenu.e ?

Avoir le soutien de son entourage peut donner des ailes. Au contraire, un entourage réfractaire à ton envie de désencombrer ta vie peut nuire à ta progression. Mais, vivre sous le même toit que des personnes hostiles à ta démarche, ne doit pas pour autant t’arrêter. Tu peux y arriver malgré tout.

  • Fais la liste des personnes qui, dans ton entourage proche ou lointain, peuvent comprendre et soutenir ta démarche.
  • Fais la liste des personnes qui ne vont pas soutenir ta démarche.
  • Fais la liste des solutions à ta disposition pour les tenir les plus écartées possible du processus tant qu’il ne sera pas terminé.
    Je suis la plus fervente avocate de l’authenticité et de la vérité. Et, en même temps, pour préserver un processus de transformation interne, qui est personnel et touche à l’intime, il est parfois judicieux de se protéger en taisant nos priorités les plus chères.

Note les réponses à ces questions.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - calendrier

De combien de temps disposes-tu pour trier ?

  • Prends ton agenda et ton calendrier. Essaie d’avoir une vision large de ton temps à la fois sur une journée type en semaine, sur une journée type en weekend, mais aussi sur les semaines à venir.
  • Quelles activités peux-tu « sacrifier » pour avoir du temps pour te fabriquer ta nouvelle et jolie vie ?
    Evalue le temps passé devant la télé, sur Netflix, sur Youtube, à jouer sur ordinateur ou smartphone, à scroller sur les réseaux sociaux.
    Peut-être as-tu là un gisement de temps insoupçonné que tu pourrais provisoirement exploiter ? As-tu d’autres filons temporels à ta disposition ?
    Et si le tri peut t’aider à avancer dans tes priorités, peut-être est-il envisageable de lui consacrer quelques jours de congés ?
  • A présent, fais la liste de tous les créneaux (longs et courts) que tu pourrais consacrer à ton grand désencombrement.
    Si tu n’as que des petits créneaux, il te faudra impérativement avoir un espace à sacrifier pendant le processus de tri. Car pour trier une catégorie, il faut de l’espace pour rassembler tous les éléments de cette catégorie. Et tant que la catégorie n’est pas traitée intégralement, il est assez contre-productif de vouloir tout remettre à sa place.

Note très précieusement les plages horaires et les jours où tu t’engages à trier.

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - super héro - réussite - succès - bravo - engagement

Quel est ton niveau d’engagement ?

Rester engagé.e et motivé.e sur la durée, ce n’est pas évident. Surtout si tu t’attaques à une tâche impressionnante. Ce qui fera la différence entre victoire et échec, c’est ton niveau d’engagement.

  • Te sens-tu capable de te lancer dans ce grand tri ?
  • Sur une échelle de 0 à 10, quel est ton niveau de détermination ?

Note les réponses à ces questions.

  • Rédige ta déclaration d’engagement, sous la forme qui te conviendra le mieux. Le but est d’avoir un support accessible facilement, que tu pourras relire facilement avant chaque session de tri et/ou au début de chaque journée. Voici un exemple.

« Moi, (note ici ton nom), je m’engage à désencombrer ma vie. C’est une priorité pour moi. Car cela me permettra de (note ici les gains attendus qui te font le plus vibrer et un bref rappel de ta vision). A compter de ce jour, je prends la responsabilité des objets qui m’appartiennent et de leur avenir. Je passe à l’action immédiatement en consacrant à mon grand tri le temps et l’énergie nécessaires. »

Evidemment, tu peux en profiter pour y intégrer tes autres objectifs. Ta déclaration d’engagement aura plus d’impact et t’aidera à avancer en globalité sur tes priorités !
N’oublie pas de signer !

.

Comme une plume - vie douce et légère - désencombrement - minimalisme - konmari - marie kondo - tri - home organiser - préparation - affûter sa hache - bravo - victoire - youpie

Bravo ! Tu es arrivé.e au bout.
Tu peux souffler et te féliciter. Le plus gros du travail est fait !

Je me réjouis avec toi, car je sais ça va énormément faciliter ton désencombrement !!!

.

Il ne reste plus qu’une petite étape pour finir de bien affûter ta hache. Rendez-vous la semaine prochaine ! Tu verras, ça sera beaucoup plus facile !

.

En attendant, dis-moi : c’était comment, pour toi, cette première étape de préparation au tri ?
Tu as pu aller jusqu’au bout ?
Si tu veux partager ta déclaration d’engagement, je serai ravie de te lire !
Si tu as eu des difficultés, n’hésite pas à en parler. Je peux peut-être d’aider ?
Dis-nous tout ça dans les commentaires ! (Ou sur ma page Facebook, ou dans le groupe privé, ou sur Twitter, ou sur Instagram ou via le formulaire de contact)

.

PS. Je le rappelle : aucun arbre n’a été maltraité pour la rédaction de cet article ou de ceux qui vont suivre.
D’ailleurs, mon grand rêve à moi, c’est de planter des arbres 🌳🌳🌳🌳🌳 pas d’en découper !

comme une plume vie douce et légère - concours - désencombrement

PPS. Le grand concours pour une vie douce et légère est toujours ouvert. Alors, si n’as pas encore participé, clique vite sur ce lien pour répondre au questionnaire.
A gagner : des accompagnements au désencombrement (chez toi ou à distance).
Ne te prive pas de cette possibilité d’avance et rappelle-toi que 100% des gagnants ont participé !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !