Introversion, habitat et encombrement – Comment régénérer ses batteries ?

Il existe de nombreuses définitions de l’introversion et de l’extraversion.

Il semblerait que même Freud et Jung n’ont pas réellement réussi à se mettre d’accord sur une définition commune. 😅 Ils n’ont pas non plus pu se mettre d’accord sur le fait que nous soyons purement l’un ou l’autre… ou que ces deux facettes cohabitent en nous.

Le Larousse nous dit que l’introversion est une « tendance à se replier sur soi-même »… que l’on pourrait confondre avec de la timidité ou une forme de maladresse sociale.

J’ai rencontré récemment une définition nettement plus aidante et plus complète, qui a été plus largement diffusée par Susan Cain et par Simon Sinek, mais aussi via l’approche MBTI.
(Voir références en bas de page.)

C’est cette définition que je voudrais te proposer aujourd’hui.

Une histoire d’énergie vitale

L’idée générale est que les interactions sociales VIDENT les batteries de l’introverti.
Alors qu’elles rechargent les piles de l’extraverti. (Façon lapin Duracell 🥁🐇)
(Voir la conférence TED de Susan Cain sur ce sujet. C’est juste PASSIONNANT !)

NB. Fort heureusement, il ne s’agit pas un phénomène de vases communicants !! 😅

D’un côté, l’extraverti vit dans un monde conçu pour favoriser son épanouissement et qui maximise les interactions sociales. 🔋

Il est comme un poisson dans l’eau devant la machine à café, dans la cour de récré, à l’heure de l’apéro avec les copains…

Et il souffre énormément lors des confinements répétés, des restrictions sanitaires et sociales, mais aussi du télétravail imposé.

De l’autre côté, l’introverti vit dans un monde qui draine ses batteries au fil de la journée, par un excès de stimulations quotidiennes (y compris sociales, mais pas seulement). 🧛‍♂️

Quant à l’introverti hypersensible, il est encore davantage épuisé par l’omniprésence de si nombreux stimuli !

On comprend mieux pourquoi l’introverti a « tendance à se replier sur lui-même »… puisqu’il n’y a que comme cela qu’il peut régénérer son énergie vitale !

Mais concrètement, comme faire ?

Recharger ses batteries

Les stratégies sont nombreuses pour récupérer de l’énergie :

  • une promenade contemplative en forêt (si la météo le veut bien),
  • en déambulant sur une plage (s’il y en a une pas loin),
  • en prenant un bain bien chaud,
  • avec un bon livre…

Au final, le plus simple et le plus fiable reste de recharger tes batteries à la maison. 🔌

Encore faut-il que ton habitat s’y prête !

Car pour profiter de l’effet régénérateur de ta maison, il est nécessaire que tu t’y sente VRAIMENT BIEN.

Mais aussi que le lieu dans lequelle tu tentes de te « réparer » comporte un minimum d’injonctions et de bruit visuels.
Bref, qu’il y ait le moins de bazar possible !

Drainé.e par ton environnement…

En effet, plus tu as de choses (et d’objets) à gérer, plus ta charge mentale s’accentue.
Plus il y a de désordre chez toi, plus ta maison devient une source de stress majeure
Et cesse ainsi de remplir sa fonction de lieu-refuge.

Si tu es introverti.e, avoir un lieu-refuge où te régénérer, c’est une question de survie !

Il suffit d’un peu de fatigue pour qu’un environnement encombré devienne insupportable. 📉
Et c’est encore plus vrai quand c’est ton bazar et que c’est à toi que ses messages silencieux sont adressés !

« Range-moi ! » « Lis-moi ! » « Répare-moi ! » « Lave-moi ! » « Occupe-toi de moi ! »
Les objets autour de toi transmettent en continu leurs hurlements silencieux à ton inconscient.

Ces messages peuvent te soutenir (façon pom-pom-girl), comme ils peuvent te saborder. 💀

D’où l’importance de faire le tri et d’être très sélectif.

Tu préfères des rappels à l’ordre ou des étincelles de joie ?
Tu préfères des messages en demi-teinte ou des mots d’amour francs et massifs ?

(Oui, mais c’est pas grave… j’ai l’habitude !)

Attends Emilie, ça fait bien longtemps que c’est le bazar chez moi, que je ne me sens pas bien chez moi.
Il n’y a pas mort d’homme.
Je veux dire, ça va. J’ai l’habitude.

– Et tu te sens bien ? Tu aimes ta vie telle qu’elle est ? Tu es satisfait.e de ton niveau d’énergie ?

Ouais, bof. Ca va…

– Tu connais la métaphore de la grenouille ?
Elle s’est habituée à un inconfort croissant, comme ton « Ouais, bof. Ca va… »
C’était pas si pire, alors elle n’a rien fait.

Jusqu’à ne plus avoir la force de donner le coup de patte qui lui aurait sauvé la vie.
Et c’est comme ça que se termine son histoire : cuite dans sa casserole.

Quel rapport ?

– Ta maison c’est pareil…
Tu peux continuer à vivre dans un inconfort immense auquel tu t’es habitué.e.
Ou choisir de VIVRE.
D’avoir une vie épanouissante… en commençant par te créer une maison régénérante.

Toi seul.e peux faire ce choix.

🐸

… ou boosté.e par ton environnement

Parce que, oui, tu peux modifier ton environnement.
Tu en profiteras d’autant plus que ta maison deviendra le havre de paix dans lequel tu pourras ENFIN recharger tes batteries. ⚡

Imagine une maison propre et rangée.
Imagine une maison dont tu sois fière (ou fier) et qui te fasse du bien !
Imagine-toi entouré.e d’objets qui te soutiennent moralement.
Imagine que tu aies beaucoup, beaucoup moins de choses à gérer au quotidien.

Ta charge mentale diminue.
Et ta maison est devenue ta meilleure alliée ! 💪

Et ça change plein de chose pour toi !

Ca change la qualité de tes journées.
Ca change la qualité de tes nuits.
Ca change la qualité de tes relations aux autres.
Ca change la qualité de ta relation à toi-même.

Bref, ça change ta vie !
Au quotidien.

Superpouvoirs…

J’ai deux bonnes nouvelles pour toi.

La première, c’est que tu disposes d’un certain nombre de superpouvoirs. 🦸‍♀️
Petite liste (non exhaustive !) des superpouvoirs qu’on retrouve massivement et de manière très développés chez les introvertis :

  • réflexion,
  • vision de détail,
  • résolution de problèmes,
  • définition de stratégies,
  • créativité,
  • observation,
  • auto-motivation,

Ces superpouvoirs vont largement faciliter son tri !

Ils vont t’aider à :

  • définir ta vision pour ta vie post-désencombrement,
  • définir tes critères de sélection,
  • comprendre d’où vient ton encombrement,
  • repérer tes blocages,
  • sélectionner les objets que tu veux vraiment garder,
  • définir tes stratégies d’élimination,
  • te créer un système de rangement « résistant à la flemme » (et aux périodes d’énergie basse),
  • rester motivé.e le temps de te créer l’environnement dont tu as besoin (et que tu mérites !!!),

De son côté, le processus de désencombrement va te permettre d’accroître ces superpouvoirs !

Car (j’en ai déjà beaucoup parlé), ton bazar est un fabuleux outil de connaissance de toi-même.

Et ton processus de désencombrement est un merveilleux outil de transformation intérieure (pour ta maison comme pour ta tête, ton cœur et ton âme !) 🐛🦋

… et kryptonite

Comme Susan Cain, je SAIS que l’introverti a énormément à offrir au monde.

Mais pour y parvenir, il est indispensable qu’il prenne soin de son énergie.

Et qu’il puisse recharger ses batteries le plus facilement et le plus rapidement possible.

Comme Superman, l’introverti a sa kryptonite : le bazar ! 😵

Le bazar mental et le bazar physique atténuent sa capacité à penser, à réfléchir en profondeur, à créer et, au final, à offrir au monde ce qu’il peux lui apporter de meilleur.

Comme Superman, c’est loin de sa kryptonite qu’il exprime le mieux son plein-potentiel.

Le mieux, pour offrir au monde ton plein potentiel, reste de profiter de choisir l’aventure transformative qu’est le désencombrement de ta maison.

Mais si tu es pressé.e de pouvoir ENFIN recharger tes batteries, je peux te proposer un raccourci.

Station de rechargement express

Ce raccourci, c’est une « station de rechargement express » 🔌⚡⚡🔋

Oui, c’est de la triche.

Oui, ça ne résout pas les problèmes en profondeur.

Mais comment avoir l’énergie nécessaire pour entamer ton grand voyage vers une maison qui te ressource, si tu n’as nulle part où recharger tes batteries ?

C’est pour cette raison, que tu as besoin de ta station de rechargement. 💕
Cette station c’est ton oasis de quiétude (pour en savoir plus, clique sur le lien).

Alors ?
Tu te sens plutôt introverti.e ou extraverti.e ?

Comment recharges-tu tes batteries ?
Ton environnement est-il adapté à ton mode de fonctionnement ?

As-tu une station de rechargement express chez toi ?
Si oui, à quoi ressemble-t-elle ?
Si non, à quoi ressemblera-t-elle quand tu l’auras créée ?

Références

Traduction à la volée : « Un introverti est une personne qui apprécie la solitude et qui se concentre davantage sur ses propres pensées et émotions. Contrairement aux extravertis, qui gagnent en énergie lors de leurs interactions sociales, les introvertis dépensent souvent leur énergie dans ce type de contexte. Après avoir passé du temps en grand groupe, les introvertis ressentent fréquemment le besoin de recharger leurs batteries en passant du temps seuls. »

  • Susan Cain : Le pouvoir des introvertis (conférence TED, en anglais, sous-titrée en français)
    La définition de l’introversion démarre à la 4ème minute.

Traduction à la volée : « L’introversion est plutôt la manière dont vous réagissez à la stimulation, y compris les stimuli sociaux. Les extravertis désirent ardemment de nombreuses stimulations, alors que les introvertis se sentent plus vivants, plus en phase et plus compétents lorsqu’ils se trouvent dans des environnements plus feutrés et plus calmes. »

Il vulgarise encore davantage la définition de Susan Cain.
Traduction à la volée : « Les interactions sociales font perdre de l’énergie aux introvertis et gagner de l’énergie aux extravertis. Un introverti se lève le matin avec une réserve d’énergie de cinq pièces, dépense une pièce à chaque interaction sociale et termine sa journée vidé. Un extraverti se lève sans aucune pièce, reçoit une pièce à chaque interaction sociale et termine sa journée en se sentant riche. »

  • Faire le test des 16 personnalités pour connaître ton profil MBTI, qui t’indiquera ton pourcentage d’introversion/extraversion (en français et en anglais).
    Pour ma part, je tourne autour de 70% en introversion. 😉
  • Si tu veux en savoir plus sur ta station de rechargement express, clique sur le lien pour lire l’article Crée ton oasis de quiétude.
    Je l’ai écrit pour toi avec amour. 💕

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Désencombrer avec la permaculture : 3 éthiques

Comment faire rimer désencombrement et permaculture ?

C’est vrai, la permaculture, c’est devenu très tendance. Le but de cet article n’est néanmoins pas de surfer sur un effet de mode juste pour te donner envie de cliquer.

Aussi loin que je me souvienne, vivre en cohérence avec mes valeurs a toujours été l’un de mes objectifs. La découverte de la permaculture, de ses principes et, encore davantage, de ses 3 éthiques, m’a permis de donner une forme à cet élan vital.

Aujourd’hui, je te propose de découvrir comment ma manière de voir le désencombrement s’inscrit dans ces 3 éthiques.

Prendre soin de la terre 🌎

Désencombrer chez soi, c’est se demander ce qui compte vraiment pour nous. C’est éliminer le superflu pour donner davantage de place à l’essentiel.

En utilisant la méthode Marie Kondo (avec un désencombrement par catégories plutôt que par zones), on peut générer un déclic transformateur. Visualiser en une seule fois le volume de nos possessions crée un rapport différent aux choses et au monde matériel. Cela permet de s’en détacher sereinement.
Et, souvent, de faire un premier pas vers une décroissance choisie et joyeuse. La « sobriété heureuse » chère à Pierre Rabhi.

Cela nous permet de réduire nos besoins, notre avidité naturelle, mais aussi notre besoin artificiel d’en avoir toujours plus. Et, ça, ça fait un bien fou à la planète !

Parce que c’est un aspect essentiel pour moi, la revalorisation des objets « sortants » (tous ceux qui n’ont pas été gardés lors du tri) est un aspect incontournable dans mes accompagnements.
Même si je ne peux pas créer les filières de recyclage qui n’existent pas, je peux au moins te guider pour t’aider à revaloriser au mieux ces objets, avec des pistes pour leur offrir une nouvelle vie ou simplement pour trouver la bonne filière pour leur élimination.

C’est aussi, dans la mesure du possible, au niveau de mon entreprise, choisir les outils (physiques et numériques) et les partenariats les plus vertueux possibles… ou, à défaut, les moins nocifs possibles. Et faire mes arbitrages en conscience, après avoir pesé le pour et le contre de mes impacts. (#écopreneur)

Prendre soin de l’humain 🚶‍♀️

Désencombrer chez soi, ça permet de se sentir bien chez soi. Et, pour moi, être bien chez soi, c’est être bien en soi. (Et les humains heureux prennent mieux soin de la planète 😉)

T’accompagner dans la création de ta vie douce et légère, sur-mesure, c’est te faire gagner du temps, de l’argent, de l’énergie, de la sérénité… c’est ma manière de prendre soin de toi. Mais ce n’est pas la seule !

J’insiste lourdement sur le lien étroit entre désencombrement et développement personnel.
D’une part, parce que, pour moi, le désencombrement est un formidable outil de développement personnel. Pour travailler sur soi de manière concrète, tangible, en utilisant ton bazar. Et surtout pour une transformation durable, extérieure (vers une maison sans bazar) et intérieure (toi, tes croyances, tes peurs, tes blocages…) 🦋
D’autre part, parce que tu peux utiliser de nombreux outils issus du monde du développement personnel pour désencombrer plus facilement (et surmonter tes peurs, tes blocages…)

Prendre soin de l’humain, c’est t’accueillir tel.le que tu es, là où tu en es, avec tes failles et tes forces, ton rythme et tes décisions. C’est te laisser avancer à ta vitesse, sans brusquer, ni forcer.  Mais sans complaisance non plus. C’est aussi et surtout te rendre autonome et te redonner ta souveraineté.
(Tu découvriras ici pourquoi ceux qui font le contraire me font hurler.)

Pour finir, prendre soin de l’humain, c’est ne surtout pas te proposer un désencombrement « prêt à porter » avec comme résultat un mode de vie formaté.
Chacun son vécu, son encombrement, son encombrement, son lieu de vie, ses blocages…
Et chacun ses objectifs, ses envies, ses étincelles de joie et sa vie douce et légère, sur-mesure !

Redistribuer les surplus 💕

C’est une des parties que je préfère et que j’ai bien l’intention de développer encore davantage dès que Plume sera viable financièrement.
(Pour le moment, je ne vis pas de mon activité. Je viens à peine de me lancer à temps plein. Et Plume est essentiellement une passion coûteuse en temps et en argent… et que j’adore !!!)

Redistribuer les surplus, c’est donner accès au plus grand nombre (avec le blog, les guides gratuits, les Mails pour une vie douce et légère, les réseaux sociaux) aux informations qui vont permettre à chacun.e de passer à l’action et de désencombrer leur vie. Avec tous les impacts transformateurs que cela pourra avoir !

J’ai choisi de proposer beaucoup de contenu en accès libre avant que mon entreprise ne soit rentable. J’ai encore plein de guides gratuits à te proposer 🎁. Ils existent déjà dans ma tête. Il faut juste des ressources pour qu’ils puissent se matérialiser. De même, j’ai plein, plein, plein (plein !) d’idées pour l’avenir de Plume.

D’ailleurs, l’avenir de Plume est l’un des sujets que j’aborde dans le sondage « Toi et ton bazar ».

Si tu veux m’aider à t’aider, j’en serai ravie !! Comme ton temps est précieux, la plupart des questions sont facultatives pour que cela puisse ne prendre que 5 minutes de ton temps si tu es pressé.e. Evidemment, tu peux aussi me laisser des réponses détaillées ! Mieux te connaître pour mieux t’aider, ça s’inscrit pleinement dans cette 3e éthique ! 💕 Merci d’avance 😊

Ça m’aidera à créer pour toi les contenus sur-mesure dont tu as besoin, y compris en gratuit. Parce que je n’envisage pas d’être une entreprise régénératrice autrement.

Voilà l’écosystème que je te propose avec Plume.
Merci d’avoir choisi d’en faire partie en me lisant 💕

Si tu ne te reconnais pas du tout dans ces valeurs qui me sont essentielles, mes contenus (aussi qualitatifs soient-ils) ne t’apporteront très vraisemblablement rien. N’hésite pas à passer ton chemin. Tu trouveras forcément ailleurs quelqu’un dont le message qui résonnera pour toi. Bonne route ! 😊

Et si tu te reconnais dans ces valeurs et que mes contenus te plaisent, tu pourras choisir d’aller plus loin avec moi (un jour) ou simplement de me soutenir en laissant un commentaire, un petit cœur, un pouce levé, en répondant au sondage « Toi et ton bazar » et/ou en transférant un mail, un article, une publication à quelqu’un que cela peut aider.

Ces actions sont comme autant de petites graines qui m’aideront à faire grandir Plume 🌺🌼🦋

Merci ! 💕

Et toi ? Avais-tu vu le lien entre permaculture et désencombrement ?
Te semble-t-il plus clair à présent ?
Ça te parle ? Laquelle de ces trois éthiques est la plus importante à tes yeux ?
Raconte-nous dans les commentaires !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Encombrement, désencombrement et profil MBTI

Tu connais le MBTI ?
C’est l’un des (très nombreux) outils qui permet une meilleure connaissance de soi.

Mais c’est aussi l’un des outils de prédilection de Céline, créatrice de l’entreprise Woodyou. Son métier-passion est l’accompagnement pour une (ré)orientation professionnelle afin de (re)trouver son équilibre professionnel. Pour aider les gens à trouver eux aussi leur métier-passion, elle a toute une palette d’outils de connaissance de soi à sa disposition, dont le MBTI.

Pour cet article, je lui ai demandé comment son outil chouchou pouvait t’aider à mieux comprendre les raisons de ton encombrement, pour pouvoir plus facilement les dépasser.

Je lui laisse la parole pour la suite…

L’encombrement est un mal être de plus en plus présent.  Qui ne se sent pas oppressé par toutes ces choses qui s’imposent dans notre vie ? Trop de vêtements, trop de déco, trop de bibelots, trop de temps à ranger, bref… trop de tout dans notre maison et dès lors dans notre cerveau !

Plutôt que de guérir, je me suis dit qu’il était peut-être intéressant de trouver d’où venait la « maladie »… Et comme il s’agit ici, dans l’encombrement, plutôt de comportements, même si il y a toujours une motivation derrière, je me suis penchée sur les préférences comportementales qui peuvent influencer notre encombrement et notre capacité à nous désencombrer.

J’en viens donc au MBTI pour s’appuyer sur un outil qui explique notre mode de fonctionnement.

Mais le MBTI c’est quoi ?

C’est un indicateur typologique qui décrit les différences dans la manière d’être et d’agir des humain.

Le test MBTI (Myers Briggs Type Indicator) est en quelque sorte la mise en œuvre des travaux de Carl Jung par Katharine Briggs, sa collaboratrice et ensuite sa fille Isabel Myers.

Il ne s’agit pas d’un test de personnalité, mais bien d’un test qui met en lumière nos préférences comportementales. Il révèle nos compétences spontanées, pas celles que nous pouvons acquérir par la suite.

Cours accéléré de MBTI

Il y a 4 dimensions dans le MBTI.
Chacune des dimensions est définie par 2 pôles opposés, entre lesquels, nous avons une préférence.

Selon Jung, nous sommes tous capables d’adopter les comportements correspondant à chacun des pôles mais nous avons une préférence innée pour l’un ou l’autre de ces pôles, une prédilection spontanée, non réfléchie.

La première dimension (extraversion/introversion) décrit où l’on va puiser notre énergie.
La personne de type Extraversion est énergétisée par les autres et par les activités extérieures.
La personne de type Introversion puise son énergie dans ses propres ressources intérieures (idées/expériences).
On pourrait aussi dire que l’extraverti tend à agir d’abord et à réfléchir ensuite, et inversement pour l’introverti.

La seconde dimension (sensation/intuition) explique comment je recueille les informations.
Jung appelait cela les fonctions irrationnelles de perception : entre sensation et intuition.
La personne de type Sensation capte les données par ses cinq sens. Le processus est analytique. C’est pourquoi les personnes à dominance « sensorielles » sont dites plutôt « factuelles ».
La personne de type Intuition dispose d’une vision plus globale, obtenue par un processus inconscient. On parlera plus d’un sixième sens. Ces personnes seront dites plus intuitives.
Pour donner un exemple, on dira que la personne a dominante « sensation » voit l’arbre quand celle à dominante « intuition » voit la forêt.

La troisième dimension (thinking/feeling) est la manière dont on prend nos décisions. Quels types de critères utilisez-vous ?
La personne de type Thinking (pensée) décide en fonction de ce qui lui paraît logique, objectif.
La personne de type Feeling (sentiment) prend ses décisions en fonction de ses valeurs personnelles, donc subjectives.
Là où les types « pensée » cherchent à distinguer le vrai du faux, les types « sentiment » veulent différencier le bien du mal. Pour Jung, il y a 2 façons de décider : soit en s’appuyant sur un raisonnement impersonnel et logique, soit en se basant sur une intime conviction, le for intérieur.

La quatrième dimension (jugement/perception) parle de notre style de vie.
La personne de type Jugement aura un style de vie organisé, méthodique et ordonné.
La personne de type Perception sera plus flexible et aura tendance à prendre la vie comme elle vient, en se laissant porter par le courant et en appréciant l’imprévu.
C’est la dimension qui est la plus visible dans le quotidien et qui, du coup, peut être davantage source de tension entre les individus.

Encombrement et dimension Jugement/Perception

Si votre préférence est plus « jugement », vous rangez naturellement les objets à leur place, vous aimez qu’il y ait de l’ordre et donc spontanément, vous rangez. Mais vous rangez jusque dans les armoires, les tupperwares assemblés par taille et forme, couvercle avec couvercle. Le frigo et le lave-vaisselle doivent aussi être rangés.

Alors qu’une personne avec une préférence « perception » va avoir tendance à ranger en surface, de manière aléatoire. Elle aura tendance à déposer des objets ça et là, plutôt que de naturellement les ranger à leur juste place.

Et c’est là que le bât blesse. Les armoires des types « perception » vont, malgré elles, passer relativement rapidement de l’ordre au désordre et peut-être que l’espace de vie subira le même sort.

Si en me lisant vous vous reconnaissez dans ce profil « perception », rassurez-vous, vous ne le faites pas exprès.
Vos préférences naturelles ne portent pas sur le rangement mais sur d’autres aspects comme la découverte, la flexibilité ou encore l’ouverture au changement.
Cela veut juste dire que vous devez vous montrer plus rigoureux que d’habitude pour éviter de vous laisser encombrer.

Encombrement et dimension Pensée/Sentiment

La difficulté de se séparer des objets est aussi une cause majeure d’encombrement.

C’est la dimension de prise de décision qui intervient ici.
Alors que les personnes à dominante « pensée » parviendront assez facilement à rationnaliser leur désencombrement, les personnes à dominante « sentiment » auront plus de mal à désencombrer.

Impossible pour elles de jeter/donner LE  t-shirt qu’elles n’ont plus mis depuis 10 ans, mais qui leur rappelle cette fameuse soirée. La prise de décision étant basée sur les sentiments, les choix sont difficiles !

En conclusion

Donc, si je résume, il y a 2 préférences comportementales, décrites par Jung, qui peuvent influencer notre encombrement et notre capacité à nous désencombrer.

Les personnes de type « perception » vont se laisser plus vite submerger par leur bazar, par manque de rangement et de tri.

Les personnes de type « sentiment » (qui prennent leurs décisions sur base de leurs émotions) auront plus difficultés à se désencombrer car elles auront du mal à « abandonner » un objet qui évoque des situations « sentimentales ».

Le challenge sera encore plus grand pour les personnes dont les tendances naturelles cumulent un style de vie « perception » et une prise de décision « sentiment »

Quelques conseils pour celles et ceux qui se reconnaissent.

1)    Disciplinez-vous dans votre quotidien, adoptez le mantra « chaque chose à sa place »

2)    Fixez des critères rationnels pour vous désencombrer.
Par exemple : si je n’ai plus porté un vêtement depuis 3 ans, alors je le donne/vend. Sans critère objectif, vous allez constamment hésiter à vous en débarrasser et il continuera de vous encombrer.

Observez-vous mais restez indulgent avec vous-même.

Si tu es de type « sentiment » et/ou « perception », pas d’inquiétude !
La méthode qui désencombre ta vie en 6 étapes et la formation 11 semaines pour une vie plus douce et plus légère (basée sur cette méthode) sont faites pour répondre aux particularités de tous les profils, même les plus défavorisés en matière de bazar et de tri ! 😉



Si tu souhaites donner un nouvel élan à ta carrière ou te (ré)orienter, n’hésite pas à découvrir la méthode OPERA, créé par Céline. C’est un itinéraire en 5 étapes pour trouver le job qui te correspond le mieux. Elle propose également des bilans de compétences et des entretiens pour t’aider à mieux te comprendre et te connaître à l’aide d’outils comme le MBTI, l’Ennéagramme, le RIASEC, l’Explorama…
Si ça t’intéresse, n’hésite pas à la contacter !



Cet article, rédigé par Céline t’a plu ?
Te reconnais-tu dans ces préférences naturelles ?
Fais-tu partie des profils pour qui désencombrer est particulièrement « challengeant » ?
Raconte-nous ça dans les commentaires !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Le désencombrement comme outil de développement personnel

Pour moi, le désencombrement est un outil de développement personnel à part entière.

Un puissant outil de transformation. 🐛🦋

Evidemment, inutile de l’utiliser à cette fin uniquement !

Il sera toujours plus pertinent de profiter de ton bazar et de désencombrement pour bénéficier d’un outil gratuit de connaissance de soi et de développement personnel
… que de désencombrer dans le seul but d’accélérer ta croissance personnelle !

Si pour toi, le rapport entre désencombrement et développement personnel n’est pas évident, l’article d’aujourd’hui devrait t’aider à y voir plus clair 😊

Ton bazar comme outil de connaissance de toi-même

Logiquement tes affaires devraient être la somme de :

  • qui tu es
  • qui tu veux devenir
  • qui tu veux paraître
  • qui tu as été
  • qui tu as voulu devenir
  • qui tu as voulu paraître
  • mais aussi de qui on a voulu que tu sois
  • et même de qui tu as cru qu’on voulait que tu sois… 🙃

Faire le tri, c’est l’occasion rêvée de faire le point sur ces identités multiples 🕵️‍♀️ (et surtout sur tes identités passées) et de les rendre à nouveau conscientes.

Cela permet aussi de prendre le temps :

  • de te remémorer des parties oubliées de son histoire,
  • de célébrer des victoires oubliées,
  • de pleurer certains échecs,
  • de faire le deuil de parties de soi qui ont disparu,
  • de faire le choix conscient de raviver des parties de soi éteintes,
  • de prendre du recul sur l’image que l’on veut donner de soi (en particulier si elle est en décalage avec qui l’on est profondément)
  • etc. (la liste est longue !)

Ton bazar, reflet de tes peurs et de tes croyances.

Il y a très vraisemblablement chez toi au moins un objet que tu es certain.e de ne pas aimer. Pourtant impossible de t’en débarrasser !

Tu as certainement mille « bonnes » raisons de ne pas y arriver.
Mais aucune n’est la vraie raison !

Parce que nous sommes manipulé.e.s par notre inconscient.
Il nous fait croire que nous sommes aux commandes, quand, en réalité, c’est lui qui décide.

Si tu as déjà commencé (peut-être même à plusieurs reprises) à désencombrer ta vie, tu as probablement déjà vécu le phénomène suivant.

Tu es motivé.e.
Tu es en train de trier.

Puis, tout à coup, tu pars faire autre chose.
Et ton tri inachevé s’arrête là.

Et tu te retrouves avec des piles de tris entamés, mais non terminé.

Ça te dit quelque chose ?

Si on te demandait pourquoi, tu ne saurais probablement pas répondre.
Tu dirais éventuellement que tu n’avais plus envie, que la motivation avait disparu, que tu avais autre chose à faire, etc.

En réalité, ce qui s’est passé, c’est que tu as pris entre tes mains un objet que ton inconscient n’était pas prêt à gérer.

Un objet que ton cerveau reptilien 🦎🐊 a jugé dangereux car il remettait trop en cause tes émotions, tes fonctionnements, tes habitudes, etc.

Pour te protéger, il t’a fait basculer en pilote automatique.
Et sans même que tu puisses t’en rendre compte, il a saboté ta tentative de désencombrement.

Inutile de lui en vouloir.
Son seul et unique objectif est de te protéger et d’assurer ta survie.
C’est plutôt sympa comme intention 😊

Parce contre, si tu veux VRAIMENT désencombrer ta vie, tu vas devoir apprendre à le contourner et à faire face à tes blocages sans le réveiller.

Le désencombrement comme outil de croissance personnelle

Pour que ton cerveau reptilien puisse te laisser tranquille pendant ton tri, il va falloir deux choses.

La première, c’est comprendre tous les mécanismes à l’œuvre.
Peurs, croyances limitantes, culpabilité, etc. sont autant de blocages qui menacent ton tri.

L’idée est d’apprendre à les connaître, puis à les reconnaître lorsqu’ils se déclenchent, pour pouvoir, une fois identifiés, mettre en œuvre une réponse adaptée.

Parce que, à chaque fois que te séparer d’un objet est difficile, c’est que tu as une zone d’ombre 🐱‍👤 à travailler.

Or, ces zones d’ombre ne sont pas uniquement présentes lors de ton désencombrement.
Elles t’impactent dans l’ensemble de tes domaines de vie.

Tu peux donc utiliser ton bazar comme un guide (ou un maître spirituel).
Car il te révèle exactement où se trouvent tes zones d’ombre et quelle est leur nature.

L’avantage de ton bazar par rapport à des techniques de développement personnel plus traditionnelles, c’est qu’on travaille sur du tangible, du concret, du palpable.

La matière ne ment pas.

Et si tu cherches à mettre un blocage sous le tapis, il se rappellera à toi dans ton espace de vie.
Impossible de rater le message une fois qu’on intégré le processus !

La seconde, c’est mettre en œuvre une réponse adaptée.

… et pour cela tu peux te servir du développement personnel
… qui, à son tour, vient au secours de ton désencombrement !

Comme quoi, tout est parfait. 💕

La boucle est bouclée.

Pour découvrir comment (et avoir un aperçu des blocages qui sabotent ton tri), je t’invite à lire la suite de cet article en cliquant sur ce lien : Le développement personnel au secours de ton désencombrement.

Avais-tu déjà pensé à utiliser ton désencombrement un outil de développement personnel ?
Ou à faire de ton bazar un outil de connaissance de toi-même ?

Après la lecture de cet article, l’idée te semble-t-elle étrange ?
Ou as-tu hâte de te retrousser les manches pour mieux te connaître ?

Raconte-nous tout ça dans les commentaires ! 💬

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !