Le développement personnel au secours de ton désencombrement

Noyée par ton bazar ? Les outils de développement personnel peuvent venir au secours de ton désencombrement...

La semaine dernière, dans l’article Le désencombrement au service de ton développement personnel, je t’ai expliqué comment ton cerveau reptilien, en tentant de te protéger, faisait planter ton tri. Tout comme tu peux utiliser ton désencombrement peut être comme outil de développement personnel… le développement personnel peut, à son tour, venir au secours de ton désencombrement.

Aujourd’hui je te présente les principaux blocages qui menacent ton désencombrement, ainsi que quelques astuces pour y remédier.

Parce que, si Marie Kondo parle bien des blocages dans ses livres, ils ne sont évoqués que très brièvement et elle n’en recense pas beaucoup !

“Lorsque nous recherchons les véritables raisons pour lesquelles nous ne parvenons pas à nous séparer d’un objet, il n’en ressort que deux : un attachement au passé ou la peur de l’avenir.”

On est bien loin du compte !

Cet article (comme le précédent) est un petit aperçu du second module de la formation en ligne 11 semaines pour une vie plus douce et plus légère qui a démarré il y a deux semaines. J’ai trouvé ces informations trop importantes pour ne pas être partagées… sans pouvoir pour autant en partager la totalité ici.

Les peurs qui font planter ton désencombrement

La principale peur, et la plus courante, c’est la peur du manque. C’est elle qui te fait garder ces clés qui n’ouvrent aucune porte, ces milliers d’élastiques, ces boîtes et ces objets non identifiées … « au cas où ». C’est aussi elle qui te fait garder une vilaine tenue bricolage quand bien même il n’y a plus aucuns travaux à faire chez toi. C’est toujours elle qui t’incite à profiter de promos excessives comme 10 tee-shirts pas terribles pour le prix de 9. J’exagère, mais tu vois l’idée 😉

Cette peur du manque, c’est une peur de l’avenir. Tu conserves tous ces « au cas où » pour te rassurer… Mais, plus tu accumules de cette fausse sécurité, plus tu étouffes chez toi. Et moins tu peux profiter du présent.

Te confronter à cette peur, c’est indispensable pour savourer pleinement ta vie, dans l’instant présent. D’un point de vue énergétique, lâcher tes « au cas où » c’est aussi faire de la place pour du neuf et te laisser émerveiller par la fluidité de ta nouvelle vie douce et légère.

La peur numéro deux, c’est l’attachement au passé. C’est la peur de lâcher les reliques de son passé. Comme si les objets étaient indispensables pour se souvenir… sauf que tes souvenirs sont dans ta tête et pas ailleurs. Là encore, parvenir à lâcher cette peur te permettra d’être bien plus ancrée dans le présent et de mieux apprécier ta vie au quotidien.

La dernière peur, c’est la peur du vide. Certaines personnes remplissent leur intérieur d’objets et leur vie d’activités. L’objectif est de meubler autant que possible pour ne jamais se retrouver seuls face à elles-mêmes. Gérer tout ce bazar est chronophage, ça occupe autant le temps que l’espace et ça ne laisse aucune place à l’intimité ou à l’introspection. S’affranchir de cette peur permet d’être infiniment plus libre, serein et heureux, mais aussi de grandir énormément tant dans son rapport à soi que dans son rapport aux autres.

D’autres blocages qui mettent en péril ton tri

En première position, nous avons le manque de clarté, qui va de pair avec les doutes. Le manque de clarté à lui tout seul peut t’empêcher ad vitam de passer à l’action, en mode : « je voudrais tellement simplifier ma vie, mais je ne sais pas pourquoi, je n’arrive jamais à m’y mettre. »

Nous avons aussi la culpabilité… C’est elle qui nous fait garder des objets qui nous font nous sentir mal à chaque fois que nous les voyons… le plus souvent par convention sociale, mais pas seulement ! La culpabilité se manifeste sous de très nombreuses formes.

Il y a de nombreuses croyances limitantes qui t’empêchent soit de te mettre au tri, soit d’arriver à mener à bien ton désencombrement… Certaines sont courantes, d’autres sont très spécifiques. Le tout est de parvenir à les débusquer. Puis à les transmuter en croyances aidantes.

Comment le développement personnel vient-il au secours de ton désencombrement ?

En cas de blocage, la présence à soi et l’observation font des miracles.

Ensuite, l’une des techniques les plus simples consiste à accueillir le blocage, à le remercier pour son intention première, puis à le laisser se dissiper, tout simplement.

La gamme des outils du développement personnel est très large ! Affirmations, méditations guidées, transes en autohypnose, EFT, etc. sont autant d’outils qui peuvent sauver ton tri… mais ils peuvent aussi te servir de couteau suisse et de “trousse de premiers secours” dans la vie courante.

Une fois les peurs et les croyances identifiées, pour celles qui sont les plus profondément ancrées, il peut s’avérer extrêmement efficace de réaliser un travail complémentaire avec un thérapeute (en particulier en hypnose). Ça fera sauter le blocage avec une puissance décuplée.

C’est d’autant plus pertinent que les blocages qui impactent ton désencombrement, t’impactent dans tous les domaines de ta vie.

Cet article (comme le précédent) est un tout petit aperçu du second module de la formation en ligne 11 semaines pour une vie plus douce et plus légère qui a démarré il y a peu. J’ai trouvé ces informations trop importantes pour ne pas être partagées… sans pouvoir pour autant en partager la totalité ici (sans compter que le nombre de blocages menaçant ton tri est élevé).

Si ce programme t’intéresse, sache que pour maintenir le meilleur niveau de qualité d’apprentissage possible pour mes élèves, je ne peux assurer qu’une seule promotion à la fois. La prochaine session devrait démarrer en janvier.

Si tu es intéressée, inscris-toi pour être prévenu.e en avant-première de la réouverture des portes de la formation, mais aussi pour recevoir les Mails pour une vie douce et légère. Non seulement tu pourras profiter de mes meilleurs conseils pour créer ta vie douce et légère sur-mesure, mais tu seras averti.e de la réouverture du programme en priorité… et tu pourras profiter de mes meilleurs tarifs ! Sans être engagé.e à quoi que ce soit.

Avais-tu déjà pensé à utiliser des techniques de développement personnel pour sauver ton désencombrement ?
Après la lecture de cet article, l’idée te semble-t-elle étrange ?
Ou peut-être as-tu hâte de te découvrir les manches pour mieux te connaître ?
Raconte-nous tout ça dans les commentaires !

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Le désencombrement comme outil de développement personnel

Pour moi, le désencombrement est un outil de développement personnel à part entière.
Un puissant outil de transformation.

Evidemment, inutile de l’utiliser à cette fin uniquement. Il sera toujours plus pertinent d’utiliser ton désencombrement pour amplifier ta croissance personnelle… que de désencombrer dans le seul but d’atteindre une meilleure connaissance de soi !

Si pour toi, le rapport entre désencombrement et développement personnel n’est pas évident, l’article d’aujourd’hui devrait t’aider à y voir plus clair 😊

Le désencombrement comme outil de connaissance de soi

Logiquement tes affaires devraient être la somme de :

  • qui tu es
  • qui tu veux devenir
  • qui tu veux paraître
  • qui tu as été
  • qui tu as voulu devenir
  • qui tu as voulu paraître
  • mais aussi de qui on a voulu que tu sois (voire de qui tu as cru qu’on voulait que tu sois…)

Faire le tri, c’est l’occasion rêvée de faire le point sur ces identités multiples 🕵️‍♀️ (et surtout sur tes identités passées) et de les rendre à nouveau conscientes. Cela permet aussi de prendre le temps de remémorer des parties oubliées de son histoire, de célébrer certaines victoires, de pleurer certains échecs, de faire le deuil de parties de soi, de prendre du recul sur l’image que l’on veut donner de soi (surtout si elle est en décalage avec qui l’on est profondément)…

Ton bazar, reflet de tes peurs et de tes croyances.

Il y a très vraisemblablement chez toi au moins un objet que tu es certain.e de ne pas aimer. Pourtant impossible de t’en débarrasser !

Tu as certainement mille « bonnes » raisons de ne pas y arriver. Mais aucune n’est la vraie raison. Parce que, à certains moments, nous sommes tous manipulés par notre inconscient. Il nous fait croire que nous sommes aux commandes, quand en réalité c’est lui qui décide.

Si tu as déjà commencé (peut-être même à plusieurs reprises) à désencombrer ta vie, tu as probablement déjà vécu ce phénomène… tu es motivée, tu es en train de trier, puis, tout à coup, tu pars faire autre chose, stoppant là ton tri inachevé. Ça te dit quelque chose ?

Si on te demandait pourquoi, tu ne saurais probablement pas répondre. Tu dirais éventuellement que tu n’avais plus envie, que la motivation avait disparu, que tu avais autre chose à faire, etc.

En réalité, ce qui s’est passé, c’est que tu as pris entre tes mains un objet que tu n’étais pas prête à gérer. Un objet que ton cerveau reptilien 🦎🐊 a jugé dangereux car il remettait trop en cause tes émotions, tes fonctionnements, tes habitudes, etc. Il t’a fait basculer en pilote automatique. Et sans même que tu puisses t’en rendre compte, il a saboté ta tentative de désencombrement.

Inutile de lui en vouloir. Son seul et unique objectif est de te protéger et d’assurer ta survie. C’est plutôt sympa comme intention 😊

Parce contre, si tu veux VRAIMENT désencombrer ta vie, tu vas devoir apprendre à le contourner et à faire face à tes blocages sans le réveiller.

Le désencombrement comme outil de croissance personnelle

Pour que ton cerveau reptilien puisse te laisser tranquille pendant ton tri, il va falloir deux choses.

La première, c’est comprendre tous les mécanismes à l’œuvre. Peurs, croyances limitantes, culpabilité, etc. sont autant de blocages qui menacent ton tri. Il va falloir apprendre à les connaître, puis à les reconnaître lorsqu’ils se déclenchent, pour pouvoir, une fois identifiés, mettre en œuvre une réponse adaptée.

Parce que, à chaque fois que te séparer d’un objet est difficile, c’est qu’il y a une zone d’ombre 🐱‍👤 à travailler. Or, ces zones d’ombre ne t’impactent pas uniquement lors de ton désencombrement. Elles sont présentes dans presque toutes les facettes de ta vie.

Tu peux donc utiliser toutes ces affaires qui n’attendent que d’être désencombrée comme un guide (ou un maître). Car elles te révèlent exactement où se trouvent tes zones d’ombre et quelle est leur nature.

La seconde, c’est mettre en œuvre une réponse adaptée.

… et pour cela tu peux te servir du développement personnel… qui viendra, à son tour, au secours de ton désencombrement ! J’y consacrerai un article complet la semaine prochaine !

NB. Le lien entre désencombrement et développement personnel (tels qu’il est présenté dans cet article de cette semaine et tel qu’il sera abordé la semaine prochaine) font partie du programme 11 semaines pour une vie plus douce et plus légère.
C’est un petit morceau du module 2. Evidemment, ces aspects sont étudiés de manière bien plus approfondie dans la formation !

Bonne nouvelle pour les indécis.e.s et/ou les retardataires… j’ai eu une semaine extrêmement chargée et j’ai pas eu le temps de refermer les portes de la formation, avec la possibilité de payer en 3 fois. Et comme il reste encore des places et qu’on a démarré très tranquillement, j’ai décidé de la laisser ouverte jusqu’à samedi soir minuit
Là par contre, elle fermera pour de bon !!! 

Avais-tu déjà pensé à faire de ton désencombrement un outil de développement personnel ?
Après la lecture de cet article, l’idée te semble-t-elle étrange ?
Ou peut-être as-tu hâte de te retrousser les manches pour mieux te connaître ?
Raconte-nous tout ça dans les commentaires ! 💬

Tu connais quelqu'un à qui cet article pourrait être utile ? Pense à partager !

Un petit sondage ?

X